Technologie, Droits d’Auteur et Raccourcis du Tarissement des Rivières : Sujets hors Débats au sein de la Classe Politique ?

Le droit d’auteur constitue ce dernier temps une composante importante du développement dont les innovateurs/chercheurs trouvent intérêt à préserver en vie d’éviter tout « piratage » qui ne bénéficierait qu’aux « imposteurs » qui ont fourni moins d’efforts. C’est dans ce sens que le bloggeur a voulu vous partager cette technologie qui date de siècles avec moins d’évolution car il n’y a pas eu de recherches qui ont été menées pour contribuer à son avancement.

rusizi_bibangwa_gitoga
Riviere Rusizi: Gitoga en direction de Bibangwa

Cette technologie qui a sauvé de milliers de vies humaines me semble moins protégée car personne ne se soucie de l’effort fourni par ses concepteurs. Ipso facto, le droit d’auteur n’est ni garantie ni protégée. Malheureusement, la déforestation ainsi que ces phénomènes autour du changement climatique tendent à nous alléger la tâche car ces eaux finiront par tarir de façon qu’on n’ait plus besoin de poser ces ponts en bois. Toutefois, le lecteur comprendra que l’avenir n’est pas meilleur car nous assistons à des phénomènes à conséquences multiples.

gatobwe_nyarugi_nyabigega
Dans la Zone de Gatobwe: Nyarugi en direction de Nyabigega

L’idée m’est venue en tête quand le Pont de la Semulki s’est écroulé, il y a quelques semaines. C’est en suivant les photos d’un ami prises dans le Haut Plateau de Mulenge (Sud-Kivu) que ma mémoire a fait allusion à cette situation qui date de centaines d’années. Pour rappel, le Pont Semulki daterait des années avant l’indépendance du Congo alors que son entretien et réhabilitation (remplacement) n’ont attendu qu’un accident se produise. Nonobstant, l’histoire d’un pays où les principaux débats qui occupent l’arène politique sont le positionnement pour postes ministériels, ces genres de technologie auront du mal à s’améliorer dans le sens de l’adapter aux avancées modernes.

rusizi_bibagwa_rubuga_2
Riviere Rusizi: Provenance de Bibangwa vers Rubuga

Dans sa mission d’Evangélisation, Kamandwa m’a autorisé de vous partager ces photos qui expriment l’intérêt que les débats politiques doivent tourner leur attention afin de palper les réalités autour du citoyen ordinaire. Bien qu’ayant été prises dans le Haut plateau de Mulenge, il est indiscutablement reconnu que le Zaïre de Président Fondateur du MPR et du Raïs n’ont pas vraiment concentré les efforts dans le développement de milieux ruraux. Cela veut simplement dire que du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, cette épineuse question hante tout un Etat. Le peuple ordinaire en souffre plus alors que nos émissions sur plusieurs chaines de TV y font rarement allusion. Les centres urbains connaissent aussi de défis majeurs dont certains proviendraient dans la gestion de flux d’exode rural.

gahororo_pont
Pont Gahororo

 Ces populations ordinaires dans cet environnement malsain ne peuvent pas s’approvisionner ou approvisionner les grands centres urbains du pays. Ils attendent le tarissement ces eaux pour « jouir » de ces désastres climatiques afin de mieux se tracer de routes qui n’auront plus besoin de ces ponts en bois ! En plus de cela, ces populations se soignent difficilement car les facilités sanitaires n’existent apparemment pas. Sans infrastructures routières dans le vrai sens du nom, il est même difficile de traverser ces eaux avec un tipoy traditionnel qui exige plus de 4 personnes le portant aux épaules. Il serait moins habile d’interpréter ces réalités qu’un grand nombre de compatriotes connaissent mieux. Demandons simplement que nos élus et la classe politique fassent un signal pour voir et parler de nos préoccupations au village.

 

NTANYOMA R. Delphin

Secrétaire Exécutif & Coordonnateur

Appui au Développement Intégré &

à la Gouvernance (ADIG)

Twitter : https://twitter.com/Delphino12

Blog : www.edrcrdf.wordpress.com

Leave a Reply