« Les Congolais Debout !» : Sindika Dokolo Non-violent ou fait-il un pas vers Confrontation Ouverte ?

A l’heure où la RDC est à genoux. A l’heure où la pauvreté à confisquer toute dignité. A l’heure où on pille, tue et viole tous les jours en toute impunité. A l’heure où mots justice, droit de l’homme, démocratie, état de droit ont perdu tout sens… ».  Tels sont les mots piquant pour lancer le mouvement citoyen « Les Congolais Debout. « Les congolais ont décidé de dire STOP ! », le lancement du mouvement continue dans cette courte vidéo lancée sur les toiles de Médias sociaux.  

Ce mouvement a été lancé aujourd’hui à Londres par Sindika Dokolo, le nouvel opposant virulent du régime du Président Joseph Kabila.  Ce mouvement citoyen s’annonce quand l’homme de 45 ans marié à Isabel dos Santos s’est engagé ces derniers jours dans les attaques sur les réseaux sociaux appelant à défendre la constitution Congolaise. La lecture minutieuse de l’engagement et activisme ‘de l’ombre de l’Angola’ prouvait qu’il pouvait dans les meilleurs délais se lancer en politique mais aussi en confrontation ouverte contre le régime à Kinshasa. Par conséquent, il est raisonnable de prédire que le mouvement citoyen « Les Congolais Debout » est une étape vers le lancement d’une formation politique ? Le temps nous le dira !

A la question précédente, les initiateurs diront NON. Leur site web stipule « Nous respectons le droit de chacun d’avoir des conviction[s] politiques propres et de militer dans un parti. Nous avons décidé d’être un mouvement citoyen et pas un parti politique parce que face au danger que court notre démocratie, nous devons créer un front le plus large possible. Ce n’est que tous ensemble, réunit derrière un idéal, au delà des sensibilités politiques et des partis, que nous feront échec au chaos ». Malgré cette affirmation en ligne, le contexte actuel prouve toutefois que la finalité serait de faire la politique en usant la stratégie de moindre coût ; éviter des bousculades autour de positionnements politiques. La même logique aurait guidée certains de ses prédécesseurs qui n’ont jusque-là révéler leurs intentions dans cet angle alors qu’ils prévoient à devenir candidats politiques. A quel programme politique pourrions le suivre ou le choisir ?      

Dans la courte vidéo lancée sur les toiles, le choix de mot prouve que Sindika veut toucher aux sensibilités actuelles dans le domaine sociopolitique et sécuritaire de la RDC. La vidéo ajoute, « si comme Nous, vous pensez que le Congo a été trahi par ses dirigeants, si vous pensez que le pouvoir se maintient en violation de la constitution, si vous pensez que le Congo mérite mieux, pensez que l’alternance doit se faire en 2017…, alors mettez-vous debout. Le mouvement se donne l’objectif de sauver la RDC non-loin de la fin de cette année 2017. Le miracle attendu longtemps pourra venir du nième mouvement citoyen ? Le mouvement a un site web fonctionnel et un compte Twitter pour mobiliser les adhérents. Mais tout ca pour quel objectif ?

Sindika Dokolo a des ambitions qui n’ont longtemps étaient que latentes. Elles se sont manifestées ces derniers mois au point que l’opinion croit qu’elles refléteraient la position du voisin de l’Ouest. Plus proche de l’Angola, on suspecterait que ce dernier veut divorcer avec Kinshasa. Le gendre du Président Edouardo dos Santos, jusqu’au mois de Mars 2017, son compte Twitter ne pouvait que prouver un activiste engagé dans le domaine de l’art et surtout parce qu’il possède et gère une fondation dans ce sens.

So premier tweet en rapport avec l’intérêt de la politique congolaise ou de Kinshasa ne remonte que de Mai 2017. Son tweet et sa déclaration sur Facebook change subitement le ton par rapport aux tergiversations de politiciens qui s’affrontent nuit et jour à Kinshasa. Peu avant (moins de deux mois), il s’était insurgé de conditions de droits de l’homme, mais particulièrement de vidéos qui pointaient du doigt les forces de sécurité congolaise dans le drame du Kasaï. Par coïncidence ou une sortie préméditée, sa déclaration se rapproche de l’invitation du Ministre Angolais de la Défense au Pentagone.

Le ministre de la Défense Angolais, Candidat présidentiel du MPLA avait été invité à Washington aux cotés du Secrétaire Jim Mattis vers mi-mai 2017. Joao Lourenco avait declaré « We are very much engaged in trying to help the countries in the Great Lakes region to find the lasting peace in particular, in the Central African Republic, that is living with the instability for long years now, but also in the DRC and in Burundi». Explicitement, les dossiers d’instabilité dans la région de grands lacs avaient constitué un aspect important de discussion et du Mémorandum d’Entente entre les deux pays.

Il est possible que l’engagement de Sindika n’a rien à faire avec ces discussions bilatérales US-Angola bien que l’exclusivité est impossible. L’homme Zaïrois selon les medias Portugais a, ces dernières semaines, multiplié des appels pour la sauvegarde des acquis démocratiques et l’usage d’une forme violente. Il a renforcé des contacts avec les jeunes opposants dont Moise Katumbi et Felix Tshisekedi. Son poids pourra basculer plusieurs donnes au sein de cette opposition fragile au point que certains pourront décider de lever les tabliers. L’expérience nous a prouvé que les calculs politiques dans ce contexte ne restent pas constants car ils jouent sur les opportunités que la constance politique.

Avait-il une inspiration de Martin Luther King ou de Mahatma Gandhi? Les politiques ont failli pour lutter à travers les mouvements citoyens ? Certains de ses tweets vers le durcissement de sa position peuvent en indiquer cette manière de penser sans en montrer les fondements.

Il reste à savoir si tous ces paramètres ne définissent pas le choix de passer par un mouvement citoyen qui s’ajoute à d’autres. Y-a-t-il une raison de ne pas se joindre aux mouvements citoyens existants ? Le choix de Londres pour lancer ce mouvement est-il déterminé par quelles motivations ? C’est juste parce qu’il aurait difficile de rentrer à Kinshasa ? Des multiples questions qui pourront s’éclaircir dans le proche avenir ; c’est-a-dire avant décembre 2017.    

Ntanyoma Rukumbuzi Delphin                                        

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.easterncongotribune.com

Leave a Reply