Travaux Communautaires “Salongo”& Initiatives Locales: Exploits de Rubaya-Ngungu

En dehors de ces confrontations politiques incessantes et la répartition des « gâteaux » à Kinshasa, il y a une vie au village. Malheureusement, c’est une vie qui suscite d’inquiétude dans l’avenir mais aussi soulève de questionnements. En 2017, il serait étonnant de penser qu’à une centaine de 100 Kms de la ville de Goma, un climat de liesse peut surgir car un véhicule arrive pour la première fois dans une localité ayant de milliers d’habitants. De plus spécifique, cette joie de la population locale est le résultat de ses propres efforts alors que cette mission incomberait en premier lieu au pouvoir public. La population de Ngungu, Rubaya, Kazinga… ont recouru aux travaux communautaires, communément appelés « salongo » pour se tracer une route, et construire un pont.

Le pont avant la rehabilitation

La localité de Ngungu se trouve à 25 Kms au sud de Rubaya dans le Territoire de Masisi. Alors que le sol de ce territoire est fertile, la population de ces contrées souffre souvent de l’insécurité qui ronge le territoire mais aussi de conditions impraticables de la route nationale, N05 (si ma mémoire est bonne). Pour faire face à ces défis, une alternative a été conçue en vue d’éviter cette ligne routière devenant de temps en temps impraticable pendant la période de pluie. En quelques mots, l’un des initiateurs de cette noble activité explique « cette route relie Ngungu à Rubaya et sert de voie secondaire pour dévier la voie principale suite à son impraticabilité lors de la saison de pluie et insécurité (voleurs), surtout pour les motos ». Donc, l’initiative pourra sauver de vies humaines ainsi que les coûts liés à de milliers d’heures qu’on passe enfoncer dans les marais de routes.

Pont après la rehabilitation

Tout commençant par l’initiative de la population locale qui se verra appuyer par Initiative Communautaire pour le Développement Endogène (ICODEN). Il me semble que cette population avait réalisé que l’espoir dans les missions étatiques prendra une longueur de temps pour se faire matérialiser. Cette dernière opère sous l’égide de l’institution universitaire, Institut Supérieur pour le Développement Rural des Grands-Lacs (ISDR/GL). Le nom du députe Ayobangira est souvent cité dans ces initiatives locales. L’inauguration du pont sur la route Ngungu-Rubaya a été effectuée il y a quelques semaines, environs deux mois ; alors que l’ouverture de la ligne vers Luke-Kazinga s’est fait dans les trois semaines passées.

Célébration à Kazinga (Nyamaboko I /Osso) suivi par le véhicule pour inspection de la route tracée grâce au partenariat population-Association ICODEN

Le partenariat entre la population locale, les institutions supérieures et universitaires reste recommandable dans toutes les circonstances. Il est un bon exemple à suivre dans de situations où les missions publiques trainent à se faire réaliser. Il y a plus de défis sécuritaires dans plusieurs zones de l’Est du pays et particulièrement dans le Masisi, ce qui ferait qu’on pense souvent aux solutions militaires. Bien qu’à certaines questions le pouvoir public use de la force, il est important de considérer que certaines questions nécessitent seulement la bonne gestion du trésor public et surtout de la redistribution équitable de richesses nationales. De ce fait, le pouvoir public, l’administration provinciale ainsi les hommes/femmes politiques sont priées de tenir compte de ces demandes qui hantent le peuple ordinaire ; et en principes, il s’agit de la mise en place d’infrastructures socio-économiques qui nous faciliteraient l’épanouissement.

Ntanyoma Rukumbuzi Delphin

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.easterncongotribune.com

Leave a Reply