Présidentielles & Candidat Unique de l’Opposition Congolaise : Un Sondage qui Bascule pour Vital Kamerhe ?

Avec 600 commentaires, le sondage lancé par Top Congo fait émouvoir les internautes en commentaires qui prouvent un fossé entre idéologie, entendement, passion―sensations et émotions. Le sondage a été lancé par Top Congo depuis le 10 Aout 2018 et fait l’objet d’un débat houleux entre internautes dont leurs orientations politiques se dégagent facilement. Sur 11 449 votant, Vital Kamerhe semble remporter le sondage. Il enregistre 54% de voix ; soit 6180 internautes ont suggéré que ce dernier représenterait mieux l’opposition Congolaise durant les élections présidentielles de Décembre 2018.

Avec tous les défis autour de l’organisation de ces élections en termes organisationnels, logistiques et financiers ; ce sondage prouve combien devenir Président de la République est enviable par toutes les tendances. La fonction suprême est enviée par tous en dehors de défis majeurs que rencontre l’opposition Congolaise en vue de se réunir autour d’un candidat commun. Dans un scrutin à un tour, les moyens de parcourir toute l’étendue de la République durant la période de campagne me laisse croire que l’opposition n’a d’autre choix que de trouver un candidat commun pour qui les autres pourraient battre campagne. Cette option reste moins probable du fait que tout le monde veut devenir le Chef de l’Etat en oubliant tous les risques de perdre devant un candidat Emmanuel Ramazani Shadary ayant plusieurs atouts devant lui. C’est tout un débat, comme le prouve les commentaires de partisans/fanatiques de ces candidats de l’opposition.

La première de leçons à retenir dans ce sondage en ligne est qu’elle peut facilement se biaiser si un groupe qui se coalise et vote pour une certaine personnalité. Il reflète moins les avis divers du fait que les participants constituent une catégorie bien identifiable ; ils sont des millions de votants, dans le Congo profond, sans accès à l’internet ni au courant électrique incapable d’accéder Twitter. Alors que Jean Pierre Bemba avait occupé la première place ; du coup, Vital Kamerhe monte contre toute attente de ces votants au point que les partisans de l’UNC crient victoire.

Tout en accusant les adversaires d’avoir fait secours aux abonnés payés, le sondage devient vite un acharnement entre partisans de l‘UDPS, défendant leur leader qui semble être « vierge » ; l’homme sans ‘tache’. Par réplique, un camp peut user de l’expérience dans le domaine politique pour expliquer le choix d’un tel candidat par rapport à un autre.

Le parcours par lequel on a acquis l’expérience doit faire l’objet de débat rason pour lesquelles on a besoin de la “vierge Marie”.

Le sensationnel, passion et émotions jouent un rôle qui n’est ni moindre dans le choix d’une candidature commune.

Bien que les avis et commentaires ne sont pas représentatifs, il est évident que ce choix d’un candidat commun ne devrait pas faire l’objet des discussions à la veille d’un scrutin. Ce fossé entre internautes peut d’une manière ou d’une autre donne une impression de quoi attendre de la part de ces femmes―hommes politiques. L’expérience a prouvé que les discussions autour d’une candidature commune peut avancer quand les partis politiques partagent une idéologie mais aussi de programmes politiques proches. Alors que certains candidats ont encore du temps pour élaborer leurs programmes, s’accordent sur une candidature commune semble circonstanciel et on peut estimer ce débat sera si houleux comme les internautes l’appréhendent. L’expérience de constitution de regroupements politiques autour de leaders de l’opposition renseigne comment les politiques s’accordent pour tomber le désaccord si vite.

NTANYOMA R. Delphin

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.easterncongotribune.com

Leave a Reply