Moïse Togera sur le Conflit de Bijombo : Quel Ballon d’Or à Réserver au Gagnant ?

Alors que les affrontements récents de Murambya (18.08.2018) ont fait une dizaine de morts, plusieurs maisons incendiées and de biens emportés par les assaillants, la crise de Bijombo a atteint un niveau alarmant. Parmi ses quarantaines de villages, le groupement de Bijombo ne compte plus que 5-6 villages non encore abandonnées ou incendiées. Ces dernières seront probablement sur la liste de cibles pour les semaines à venir. Toute sa population est en débandade au point de trouver refuge a Uvira, MInembwe ou au Burundi-Rwanda voisins.

Originaire de Kitoga (vingtaine de Kms de Bijombo) en territoire d’Uvira, Moïse Togera Mapenzi se base sur son expérience personnelle de la région en vue d’interpeller nos consciences par rapport à cet interminable cycle de violence. En lisant un de postes parlant de Bijombo, son point de vue dans ce commentaire est qu’a un certain niveau, il faut comprendre que personne, communauté ethnique ne sortira gagnante. En bas sa contribution.

Bijombo a ses hauts et ses bas. Les causes sont nombreuses mais les vraies causes sont des causes lointaines et on en tient pas compte. Les causes immédiates sont aussi liées à l’ignorance et manque des bonnes perspectives d’avenir utiles à toutes les communautés de haut plateau d’Uvira-Itombwe en général. Une autre chose reste la faiblesse de la décentralisation de l’autorité politico-administrative comme c’est d’ailleurs le cas au sein de la province du Sud-Kivu. Les causes immédiates de ce conflit sont honteuses et semblent être initiées à moindre mesure par les jeunes fumeurs de chanvre et les drogués qui ignoraient les conséquences y relatives. Les innocents meurent matin, midi et soir ; maison brulées, pillage systématique mais à Kinshasa, Bukavu et Uvira tout le monde est calme, tout et minimisé et on ne parle que de l’aide humanitaire !

Le dialogue immédiat et inclusif serait la meilleure voie pacifique de résoudre ce problème ; le cas contraire, la situation peut ne se dégrader qu’à jamais. Les grandes questions : que fait le gouvernement depuis le début de ce conflit ? que font les natifs de cette région ? leur apport est-il positif ? où sont les sages de toutes les communautés ? l’armée régulière est-elle impartiale ? quel prix réservé au gagnant ? ballon d’or ? un territoire ? que fait la MONUSCO ? Des questions se posent aussi sur comment s’approvisionnent en arme ces jeunes ?…

La persistance de ce conflit pousse les groupes en conflit de chercher les allies étrangers (Burundais et Rwandais) tout en oubliant les conséquences qui affecteront la région. Au fait, il y a manque de volonté de la part du gouvernement congolais mais tout est possible. S’il y aurait un dialogue qui représente qui ? où est venu l’ennemi ? tout le monde-là est congolais sauf les mercenaires. Si la cause était le groupement, territoire de Minembwe, une cité, une chefferie… tout le monde irait collaborer et procéder par les voies administratives pas par les violences. Nous sommes préoccupés par ce conflit.

Mais où est passé le gvt RD Congolais ? Que fait la MONUSCO ? Où et qui sont les sages de toutes ces communautés en conflit ? Où sont les politiciens soi-disant natifs de haut plateau ? Sont-ils en voyage ? Leur apport est-il positif ou négatif ? Vos explications sont claires et riches vraiment. Les causes expliquées sont-elles réelles ? Moi je crois elles sont des causes immédiates pas lointaines. Or, les vraies causes sont ces causes lointaines !!!! On en tient pas compte je dirais parce qu’on croit qu’on peut établir la paix par la force. Mr Delphin elle n’est pas encore régionale comme vs le dites mais ces tendances apparaissent déjà pour ‘les investisseurs étrangers’ (Rwanda-Burundi).

Suis originaire de cette région en question et je vous dis que ce conflit persiste parce que simplement il y a manque de volonté et de leadership réel. C’est un conflit oublié mais qui fait périr les innocents.

Les pistes de solution sont claires.

Mais on veut aller où avec ce conflit ? Quel prix réservé au gagnant ? Ballon d’or ? Si tel est le cas, mettons nos frères ensemble pour gagner ensemble et se réjouir de la victoire. C’est compliqué, allez y comprendre qu’en 2011 à Rubuga (un village Fuliru) le seul candidat de confiance était Moïse Nyarugabo !!!!!! Alors que ce village est mal vu par le Banyamulenge. Et à l’heure qu’il est Moïse a une bonne réputation dans ce village !!! On se bat pour rien et on ne règne sur rien !!! Nous sommes préoccupés svp mais ensemble ns pouvons. Il est temp d’être utile à nos communautés. Travaillons et gagnons ensemble. Aucune communauté qui y sortira gagnante.

Moise TOGERA MAPENZI

Email : moisetogera081@gmail.com

Leave a Reply