Featured

The Current Security Situation of Banyamulenge in the Democratic Republic of Congo

These attacks take place in a region where the regular Congolese army and the United Nations Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo (MONUSCO) are deployed but are unwilling to prevent or stop the ongoing atrocities. The situation has triggered an extreme humanitarian crisis in this remote corner of the DRC which remains largely unreported. Credible sources have pointed to around 200 villages burnt at ashes from Bijombo to Minembwe via Itombwe and Kamombo. Consequently, internally displaced local population can be estimated around hundred thousand. School and health facilities are being totally decimated (despite few in Minembwe centre); local population, mainly cattle herders are being impoverished in this region to the extent that from March 2019 up to now, roughly 40,000 cows have been killed or looted by the attackers. Banyamulenge community as cattle herders but mostly seen as ‘invaders’ are extremely targeted and currently are concentrated in few villages of Minembwe Centre

Featured

Fizi-Baraka the “Drowning Hell”: How 150 Children have been Missing since 1996?

Amid 1996 political crises, following the developments of rebel movements and the presence of uncontrolled armed men among refugee camps, ethnic tensions increased in Eastern Congo. Particularly in South of South-Kivu, local politicians such as Anzuluni Bembe alongside Provincial authorities instigated inter-ethnic violence that had involved security services. At some point, state authorities, mainly the ‘Governor’ of South-Kivu Lwabanji Lwasi Ngabo declared all Banyamulenge as non-grata community and ordered security services to surround and implement the Vangu recommendations

Would Rwanda or Burundi Kill “My Relatives”: Banyamulenge Between the “Hammer and Anvil” Position?

Following the recurrent crises in Eastern Congo, Banyamulenge have become citizens of nowhere moving from Congo, Burundi, Rwanda; currently Kenya, Uganda and Western Countries. Though not limited to that, the presence of 1994 Hutu military and the Vangu Mambweni commission (and its subsequent consequences), most Banyamulenge have settled to Rwanda since 1994 onwards. There would [...]

Quand la MONUSCO Loupe : Quelle est l’Origine de ses Failles ?

De passage d’Uvira vers Minembwe, avec une facilité de la Mission de l’Organisation de Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (Monusco), le processus de check-in est un exercice très rigoureux. Blaise en sait bien. On peut t’exiger une carte d’électeur même si vous avez présenté votre passeport. Il m’a fallu des minutes (des heures) pour comprendre cette conception car le passeport joue le rôle d’une carte d’identité valide plus que la carte d’électeur. Dans ce processus rigoureux, on ne vérifie jamais que l’enrôlement ait lieu quand une personne ait été en dehors du pays.
Monusco & Définition de l’Armée Républicaine
En date du 4 Mars 2019, en plein attaque venant des localités de Matanganika vers Minembwe ; attaques qui ont eu lieu entre 26 Fevrier-7 Mars 2019, Moise Chirhalwirwa a affirmé en plein réunion avec les notables de Minembwe que les animateurs de la Commune Rurale ne seront pas installés et devront continuer à travailler comme un poste d’encadrement administratif. Il était accompagné par l’Inspecteur territorial bien que cette force d’imposer un point de vue proviendrait par le fait qu’il fait partie de Nations Unies. Pour précision, Moise est un agent de la Monusco Sud-Kivu. En date du 16 Mai 2019, un officier Supérieur de la Monusco a encore une fois confirmé à Minembwe que le problème que connait cette région est l’existence d’une ‘armée mono-ethnique’ ; allant dans le sens d’affirmer que l’armée est composée majoritairement par les officiers appartenant à certaines communautés. Il affirma que la solution serait de ne plus admettre des officiers originaires de cette partie du pays d’être déployés dans le Haut Plateau.
En date du 26 Juin 2019, la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies au Congo, devant une multitude d’officiels de l’armée nationale, officiels politiques au sein de la primature et ses collègues de haut rang au sein de la Monusco a tenu le même discours que le Major Pakistanais à Minembwe. Il affirma dans ses propos que le problème sérieux dans le Haut plateau de Minembwe-Bijombo est le sentiment hégémonique d’un groupe communautaire qui veut dominer les autres ; et aussi, la présence des officiers militaires natifs de cette région qui enveniment les relations entre communautés à cause de leurs comportements.
Par la suite, des officiers militaires ont été déployés d’une manière sélective sous cette pression de la Monusco et de certaines mains invisibles. Pour la plupart, ces officiers ont été déployés en laissant leurs unités dans la région en vue d’aller rejoindre d’autres unités en dehors du Sud-Kivu. Ce débat flou se veut de ramener la notion d’une arme républicaine. Vous ne pouvez pas imaginer les ennuis qu’auraient posé cette conception purement erronée : Il faut chercher un seul officier au sein d’une brigade et le déployer ailleurs car il est membre d’une communauté ! Je dis bien UN SEUL INDIVIDU dans un ensemble de milliers de militaires, indépendamment de sa fonction si mineure ou secondaire. Et comment est-il identifié ? je ne sais pas !
A la suite des attaques Maimai sur Minembwe avant-hier, hier et aujourd’hui (8-10 Octobre), la Monusco s’est exprimée là-dessus lors d’une conférence de presse bimensuelle tenue à Bukavu. Ce matin, le Porte-Parole de la Monusco aurait affirmé, selon La Prunelle Media, que l’attaque de Minembwe pendant les trois derniers jours visait à venger leur chef de village. En de termes plus clairs, Claude Raoul dit que « …. Les informations reçues font état du fait que les Maï-Maï voudraient venger leur ancien Chef de village qui aurait été assassiné en complicité avec le chef du village Ilundu. » Maimai voudraient venger leurs chefs de village assassiné en complicité du chef village Ilundu ? Il s’agit de propos tenu pendant une conférence de presse de la Monusco, une mission de maintien de la paix ?
En lisant ce passage dans l’article La Prunelle, je me suis rendu compte que Minembwe n’est pas seulement victime de l’indifférence―complicité des pays de la région de Grands Lacs d’Afrique, de la complicité (incapacité) de l’armée nationale, et des Maimai qui veulent en finir avec les voisins une fois pour toute. En plus de ces acteurs ayant d’intérêts divergents mais qui veulent régler les comptes pour la dernière fois, Minembwe est victime du système de collecte d’information au sein des organes de Nations Unies. La situation est-elle vraiment calme ? Ce système de collecte d’informations est à remettre en cause.
Chars-Blindés comme Moyens de Maintien de la Paix ?
Mon expérience personnelle m’a prouvé que la Monusco, l’une de grandes forces de Maintien de la Paix au niveau mondial est totalement dépassé par les événements dont leurs réponses exigent l’existence des institutions Etatiques fonctionnelles et non les Chars et Blindés. Opérant en RDC depuis les années 1999, sa mission d’interposition aurait dû prendre fin quand les belligérants―Etats s’étaient publiquement retirés. Le reste, les guerres par procuration et celles « sans frontières » entre les civils et combattants ne sont plus leurs domaines.
Demander à nos amis de comprendre cette complexité que présente la guerre dans le Haut Plateau est complétement utopique. Dire à la top hiérarchie de la Monusco que les informateurs locaux seraient de fois de belligérants, cela prendra de milliers d’années pour changer ce système. Ils auront moins le courage de contre-vérifier ces informations sur le terrain pour comprendre dans le fonds les causes profondes. Ici je rejoins et invite le lecteur soucieux de comprendre cette faille par Autesserre, Severine (2012) « Dominant tale… ».
Pour conclure cet article-Blog, je reviens sur deux points importants évoqués dans la partie introductive. Si la Monusco croit que les officiers militaires natifs d’une région ne doivent pas servir la Nation dans les zones d’origines, l’identification commence où et finit par quel niveau ?A quel niveau l’armée est dite républicaine ou dysfonctionnelle ? Au sein des hommes de troupes, au niveau des Bataillons, Brigades, Régions Militaire, Zones de Défense ou à l’Etat-Major Général ? Par quels mécanismes un militaire sera identifié comme natif d’une région ? Par un test ADN ou par les informations contenues dans ses empreintes digitales ?
Combien de temps cet exercice va prendre pour que des unités soient déployées dans une région alors qu’il faudra partir de la vérification personnelle de chaque soldat, officier subalterne, officier supérieur, commandant de la région, de la zone… Même le Conseil militaire du Chef de l’Etat ! Quel est l’organe qui va valider ce processus pour que l’opinion sache qu’il n’y a pas eu d’infiltrations ? Quel irréalisme dans la formation d’une armée républicaine ? En fin de compte, cette conception « irresponsable » ne contribue qu’à fragiliser l’armée faible. J’évite de poser la question de savoir quelle est l’implication que cette mesure posera sur l’individu à qui la hiérarchie n’a pas confiance et quelle est cette population qui aura confiance en lui ? Je trouve moins sincère que la formation d’une armée républicaine passe par ces mécanismes de vérifier les origines de chaque militaire.
Influence de « Belligérants » Locaux au sein de Nations Unies ?
Le comportement comme celui décrit sur Moise ou Blaise ont une influence (à la moindre mesure ou pas) dans de telles propositions auxquelles les Nations Unies veulent contribuer pour résoudre les crises persistantes. Je me demandais toujours le canal par lequel un Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC a-t-elle appris qu’il y a des communautés hégémoniques ; ayant un sentiment de domination ? Une telle information ne peut en aucun cas tomber du ciel : une révélation divine ? Par quel pouvoir un agent de la Monusco peut affirmer qu’une commune ne fonctionnera pas et se permet de donner conseil de revenir sur le modèle du poste d’encadrement ? Et d’ailleurs, des infos récentes laissent croire que l’installation des encadreurs de la Commune va encore prendre de temps car les armes ont retenti en opposition à une SEULE COMMUNE Rurale parmi des milliers.
Enfin, je me demande si chaque attaque qu’a connu Minembwe, la Monusco a toujours trouvé une explication et raison spécifique de la part de Maimai ? Qui est ce chef de village que les Maimai sont venus venger avant-hier, hier et aujourd’hui ? Qui est ce chef de village d’Ilundu complice dans cet assassinat ? Quels propos incendiaires que les Nations Unies peuvent tenir en présentant le Chef de village d’Ilundu comme complice ? Les instances de la Monusco ont-elles réellement vérifié cette information. Et pour arriver à Ilundu, il faut avoir bruler tous les villages de Karongi, Kabingo, Biziba… ? Et pourquoi depuis 2015, la Monusco ne rappelle pas à l’ordre tous les Etats de la Région de Grands qui envoient des hommes en armes dans cette partie du pays avant d’accepter naïvement que la question que connait Minembwe sont de représailles !

NTANYOMA R. Delphin
PhD Researcher in Conflict Economics
The Institute of Social Studies/
Erasmus University Rotterdam
Twitter: https://twitter.com/Delphino12
Blog: www.easterncongotribune.com

Crise de Minembwe-Itombwe : Pourquoi Dissimuler la Responsabilité de Kigali?

Personne ne veut pointer du doigt les acteurs principaux ? Derrière la formation militaire, l’approvisionnement en munitions et conseils militaires dont reçoivent les éléments Burundais de Red-Tabara et Forebu (FPB) qui opèrent dans l’Itombwe et Minembwe, il y a la main de Kigali au premier plan. Vous ne pouvez pas vous imaginer que Red-Tabara/Forebu et FNL, quand ils ont été attaqués par l’armée Burundaise et « Imbonerakure » dans le moyen Plateau d’Uvira, ils n’ont jamais osé incendier aucun village dans cette partie du territoire. Cette attitude persistait même si les éclaireurs derrière l’Armée Burundaise était de groupes locaux, originaires de cette région de Moyen Plateau d’Uvira.

Relevance of “Dominant Narratives versus State Building” &”: What is Misunderstood (Missing) in Autesserre’s Reflection?

As Autesserre has rightly pointed out, Congolese local population alike international actors involved in state building have continued to see state building as a single alternative to move out of these messes. This post adds that local population will continue to expect a state that is neutral, impartial, and capable as the only alternative to its myriad of issues. This option could stand for a quite longer as a panacea to have many of these issues resolved or at least attenuated.

Humanitarian Crisis & Vulnerability of Local Population in Minembwe-Bijombo: What can be done to Alleviate Tensions?

Next to local complexities, the involvement of foreign armed groups creates another complicated layer. The presence of Burundian and Rwandan foreign militias in the High Plateau of Uvira-Minembwe has led to unprecedented humanitarian crisis where inter-community contestation constitutes the center of violent conflict.

Are you Struggling to Ascertain if you have been ‘Circumcised’? Enquire from Jason Stearns

Since 1984, DRC has not yet organized any systematic census from which one can rely on to thoroughly give a figure around circumcision matter. I am so skeptical that even the 1984 census had covered this aspect. Hence, it seems that Jason would have been misled by expertise confidence or relying on biased information. He might be referring to 40-50s generations. Though slightly meaningful, informed observers would testify that generations of 60s-70s have undergone circumcision not as traditional rituals but as something whose importance is sometimes Biblical. Moreover, one can slightly agree that circumcision marks a “graduation to manhood”, there is a possibility of questioning this stance that keep measuring being a man as going through circumcision.

Mort de Twirinde Ndjwapa & Semahurungure : Nos « Vaillants Héros » ou « Seigneurs de Guerre Criminels » ?

La mort de Semahurungure a été célébré chez les voisins de sa communauté alors que l’annonce de la mort de Twirinde avait créé d’explosion de joie chez les premiers. Ils étaient tous deux ‘braves’ mais vus comme criminels quand vous prennent une lunette de l’autre communauté ou de l’adversaire.

« Guerre Imminente » dans le Haut Plateau d’Itombwe-Minembwe: Complicité de l’Armée Nationale ?

La suite des événements depuis 2015 dans la région de Bijombo, Itombwe, et Minembwe prouve que la région tend vers la dernière étape pour que tout éclater. Toutes les batteries sont mises en marche pour que les parties en conflit se décident d’annoncer ouvertement leurs couleurs. L’impartialité―neutralité de l’armée nationale Congolaise sont remises en cause par toutes les parties sur fond d’appartenance ethnique de certains commandants militaires. Il est à ce stade difficile d’affirmer que les Forces Armées Nationales Congolaise (FARDC) ont un parti-pris ; mais de toute évidence, l’armée n’est pas à la hauteur de répondre à ses missions régaliennes de protéger les populations locales.

Radio Okapi : Paix, Légèretés ou « Racialisation » de la Crise de Bijombo/Minembwe ?

Alors que la Radio Okapi est l’une de meilleures couvrant l’ensemble du territoire RD Congolais, ses reportages sur la crise qui secoue la région de Bijombo et Minembwe présentent certaines légèretés dont l’extrême interprétation peut s’analyser comme étant la submersion dans les narratifs de racialisation. Sur base d’une courte analyse faite sur 15 articles, la Radio Okapi et ses journalistes semblent dévier la grande ligne de contribuer à la paix en présentant les faits d’une manière objective et impartiale.

Résultante d’une ‘Histoire Héroïque’? Massacre de Kasika dans les Oubliettes ?

Il est à peu près 21 ans jour pour jour après le Massacre de Kasika qui eut lieu en date du 24 Août 1998. Durant toute la période de la deuxième guerre du Congo (1998-2003), Kasika ainsi que plusieurs autres cas similaires ont fait l’objet de débats―mobilisation politiques. En suivant de loin ou de près [...]

Beyond “Mass-Killing”: Gatumba’s Massacre & Mutoni Rachel’s Survival Story

Rachel is currently 15 years old and lives in the Netherlands. She attended 15th Gatumba’s commemoration day in Verviers, Belgium (10 August 2019). Along with another young girl and boy, who survived at early of less than five months, they stood strong despite this painful journey of orphanage. Rachel and his uncle agreed to share [...]

Comme « Satan est Impardonnable » ! ‘Guerre’ de Minembwe dans les Mediaş Sociaux

Des milliers d’internautes (chaines Youtube, pages Facebook, Twitter…), qui souvent partent des informations tronquées et taillées sur mesure, ont fait la haine et l’appel à l’extermination leurs chevilles de bataille. Pour souligner cette nécessite de se protéger par extermination, ils évoquent souvent ces mesures préventives devant un plan d’extermination du peuple Congolais par ces ‘envahisseurs’. [...]

« Talibans » Contre « Bérets Rouges » : Imminence du ‘Divorce’ ou Diversion ?

Le contexte politique Congolais est unique en son genre. De Décembre 2016 à Juillet 2019, nous sommes à mi-mandat de ce qui aurait été la troisième mandature. Sans intention de faire la prophétie de malheur, j’avais personnellement analysée le résultat des élections de Décembre 2018 comme étant un compromis―surprise tout autour des « Jeux du hasard ». Mon [...]

Kamerhe-Ruberwa en “Mode Selfie” ou Assistance aux Sinistrés ?

Alors que la crise qui secoue le Haut Plateau d’Uvira-Minembwe date de plusieurs années (2015), la délégation gouvernementale qui visita Minembwe hier a semblé sous-estimé ou simplement révélé leur déconnection de toute cette réalité. Cet article ne veut plus revenir sur les contours de cette crise a caractère régional car ayant fait l’objet de quelques [...]

“Tout-Puissant” Vital Kamerhe en visite à Minembwe : Test d’Objectivité et de Populisme ?

Depuis les années antérieures, le Haut Plateau d’Uvira-Minembwe est secoué par une crise humanitaire sans précédent. De Bijombo (2017-18) aux environs de Minembwe-Kamombo-Mibunda (2019), des affrontements ont déjà fait de centaines de morts, plus de 140 villages complétement incendiés ; entre 160.000-200.000 personnes ont fui leurs villages et autour de 7.000 vaches razziées (2019) ; 60 écoles [...]

Sud-Kivu : Dialogue Inter-communautaire ou Dialogue de “Sourds”? Réflexion de Sebaganwa Gasore Zébédée

Depuis le 26/6/2019, il se tient à Uvira une conférence intercommunautaire pour la paix dans les territoires de Fizi, Uvira, et Mwenga dans la province du Sud-Kivu. La conférence est organisée par ALERT INTERNATIONAL, en collaboration avec les ONG locales. Le but est d'essayer de trouver les voies et moyens pour restaurer la paix et [...]

Micro violent Conflict viewed from a Native with an “Urban Biases”: Would I have Prevented an Attack to my Neighborhood?

The neighborhood of my village has been under heavy gunfire since before yesterday. It is situated in Minembwe-Itombwe High Plateau; and clashes fall likely in the new move of probable forthcoming great lakes confrontation. Great lakes countries are likely trying to create rear bases for future military plans. At local level, the death of Kawaza [...]

Retour de Premiers Occupants : La Voix de Bazoba Pourrait Sauver le Territoire de Fizi de ses ‘Conflits d’Autochtonie’?

Par coïncidence, de retour de Fizi-Misisi, je rencontre un mini-bus avec une banderole où une mention est lisible : « Conférence de la Jeunesse Intellectuelle Bazoba… ». Ça attira mon attention. Le lendemain, on me partage une audio dans laquelle on reporte que 101 jeunes de la communauté Bazoba se sont réunis à Mboko en date du 13 [...]

Fiston Malago: Tribal, Natif d’Uvira ou Vice-Gouverneur de la Province ?

Dans les démarches visant à étouffer l’existence de la commune de Minembwe, une manifestation a été organisée à Bukavu, au Sud-Kivu. Au moment de la manifestation, un mémorandum a été déposé au bureau de la Province aux noms de manifestants. La jeunesse regroupée au sein du Regroupement des Jeunes Bembe (RJB) et Mutualité Emo’ Ya [...]