Kamerhe-Ruberwa en “Mode Selfie” ou Assistance aux Sinistrés ?

Alors que la crise qui secoue le Haut Plateau d’Uvira-Minembwe date de plusieurs années (2015), la délégation gouvernementale qui visita Minembwe hier a semblé sous-estimé ou simplement révélé leur déconnection de toute cette réalité. Cet article ne veut plus revenir sur les contours de cette crise a caractère régional car ayant fait l’objet de quelques postes sur ce Blog.  

La crise qui secoue cette région couvre une grande zone allant de Bijombo, Kamombo, Mibunda jusqu’à Minembwe. Il s’agit de trois territoires dont Mwenga, Uvira et Fizi. La crise aurait affecté la population qui s’étend sur un espace allant autour de 3000 Km2 (estimation approximative). Des informations bien vérifiées font étant de 64 villages complétement incendiés dans la zone de Bijombo (2017-2018). La plupart de la population de Bijombo a fui vers Minembwe, Uvira, Makobola. Certains d’entre-eux auraient traversé vers les pays voisins de l’Est du Congo.

En plus de Bijombo, les récents affrontements (Fevrier-Juin 2019) ont fait que 16 villages soit complétement décimés dans la zone dite Kamombo (Nord de Minembwe). La zone Ouest et Sud-Ouest de Kamombo dit Mibunda a connu le même sort entre Mai-Juin 2019. Au total, 31 villages ont été incendiés de Gashasha, Bakura, Nkango, Tulambo, Gipupu jusuq’à Sanganya. La zone autour de Minembwe centre n’a pas été épargné et surtout qu’elle aurait été visée pour de raisons d’anéantir ce projet de décentralisation ; dit Commune rurale. Au total, 30 villages ont été incendies partant de Rwitsankuku, Kalingi, Gakangala-Kabingo, Biziba, Irumba, Ibumba, Kabucangwa. En Février-Mars 2019, lors d’accrochages au niveau de Matanganika (Lulenge), au moins 7 villages ont été incendiés.

Le total de villages incendiés sont autour 148 villages, de Bijombo à Minembwe. L’ensemble de cette population pour qui leurs maisons, et biens ménagers ont été décimés est largement concentrée à Minembwe, Mikenke, Itombwe, Milimba et Lulenge. A ces premiers s’ajoutent ceux même qui ont craint cette escalade qui approchait leurs villages et ont décidé de faire mouvement avec les autres. Cette population n’a pas seulement connu les affres de voir leurs maisons détruites complétement ; la plupart ont aussi impuissamment assisté au pillage de leurs vaches par les groupes armés. Ils vivent pour la plupart dans une incertitude quotidienne, exposés aux maladies ainsi les risques de se voir encore fois attaquer.  

La visite du Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, représentant le Président de la République lui-même ainsi que du Ministre de la Décentralisation assumant les fonctions du Premier Ministre à l’intérim ont apporté 550.000$ pour assister ces sinistrés estimés autour de 100.000-160.000 personnes. Il est difficile de juger la valeur de ce montant par rapport aux besoins urgents et immédiats que connait cette population. Dans ce contexte général de gestion moins transparente, il est même difficile de savoir si ce montant ne sera pas géré comme tant d’autres fonds de l’Etat. Ce montant servira à construire la route ou les maisons de ces milliers de personnes ? La mission de ces officiels de haut rang n’a-t-il pas consommé par hasard le même montant de Kinshasa vers Minembwe ?

L’aspect choquant dans tout, c’est l’attitude de ces membres de la délégation qui semblent jouer aux « modes Selfie » devant une multitude qui attendaient comprendre pourquoi le Gouvernement qu’ils représentaient n’a pas été a mesure de les protéger ainsi que leurs biens devant une menace qui date des années. Je ne trouvais pas aussi cette nécessite de faire danser les gens qui finiront par passer la nuit sous la belle étoile car n’ont pas où passer la nuit. J’aurai estimé que si les dirigeants n’ont pas été à mesure de remplir leurs missions primaires, l’humilité serait la seule attitude. J’aurais aimé que ce « modes selfies » nous parviennent au cas où cette délégation aurait été venu inaugurée un barrage électrique ou une route asphaltée reliant Uvira-Minembwe-Kilembwe.

Comme un observateur indépendant, il m’a semblé moins clairs pourquoi ces autorités de haute marque n’avaient pas de précisions sur les dégâts qui ont été causé par ces affrontements. Les Mediaş qui ont suivi cette délégation rapportent que Le Ministre de la Décentralisation aurait déclaré « Je suis venu dans la délégation. Je suis venu représenter le gouvernement central. Nous avons dans la délégation le représentant du chef de l’Etat. Il s’est passé des drames récemment dans le haut plateau, à l’échelle des territoires d’Uvira, de Mwenga et de Fizi. Il y a eu des centaines de maisons brûlées, des personnes tuées ». Ma question est et était : De centaines de maisons ou des centaines de villages brulés ? Des personnes tuées ou autour de 200 personnes qui ont péri dans ces confrontations ? Serait-il que cette délégation n’avait pas de données fiables au point de sous-estimer une telle tragédie ?

NTANYOMA R. Delphin

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.easterncongotribune.com

About admin 337 Articles
PhD fellow @ErasmusUnivRotterdam/ISS: Microeconomic Analysis of Conflict. Congolese, blogger advocating 4r Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC In the top of that, proud of being "villageois"

Be the first to comment

Leave a Reply