Kigali & Red Tabara dans le Déracinement de Banyamulenge ? Analyse et Conceptions de Personnes Moins-Politisées

Le récent rapport (22/11/2019) de la guerre de Minembwe informe que depuis Mars 2019, plus de 105 personnes ont été tuées, 212 villages (7069 maisons) complétement incendiés et détruits et 125.000 (cent vingt-cinq mille) vaches razziées. Selon les informations de zones de sante, il serait que Bijombo, Kamombo, Itombwe et Minembwe qui sont actuellement dévastés avaient en son sein plus de 300,000 personnes. Donc, toute cette population est devenue des déplacés ou carrément refugiés dans les pays voisins de l’Est du Congo.

Dans un contexte où la collecte de données statistiques est difficile à cause de conditions volatiles et déplacement dans plusieurs sens, cette situation qui se dégrade du jour indique que ces chiffres contenus dans ce rapport changeront. D’ailleurs, en incluant les dégâts des années 2017-2018, on estimerait en milliers de morts dans la partie Bijombo et plusieurs villages incendiés. Cette tragedie est complexe au point chacun peut en faire son interprétation et analyse. Cet article interprète deux versions d’analyse l’une qui en langue Kifuliro et l’autre en Swahili. L’interprétation a été faite par le Bloggeur.

La première est venue dans les voies de Médias Sociaux et son auteur reste anonyme. La seconde est de représentants légaux de l’Eglise Méthodiste ainsi que CELPA qui ont visité Minembwe le 21/11/2019. Le message du Représentant Legal de l’Eglise CELPA semble corroboré celui de l’anonyme en quelque points. L’anonyme présente plutôt une analyse large qui indique la complexité de cette guerre pour celui qui veut déterminer les acteurs (directs et indirects).  

  1. L’Analyste Anonyme

Il vivrait peut-être l’Europe. Son débat se faisait en communication privée avec un ami auquel il conseillait d’être franc et dire la vérité. L’impression de son message indiquerait qu’il trouve un danger dans la déformation du message que son ami aurait partagé. On peut lier la communication autour du débat sur BBC qui s’appelle « IMVO n’IMVANO » qui a eu lieu le 16/11/2019.

L’anonyme dit : « Quelles sont les nouvelles de plusieurs jours ; quelles sont les nouvelles en Uganda ? Vous êtes portants ? Je voulais te dire encore ; j’ai suivi, je suivais votre audio quelque part qui parlait de hummm, d’un jeu [guerre] dans le Haut plateau ou tu disais que les militaires du RCD ont fui et ils ont laissé leurs armes pour que le Maimai viennent les prendre ; et qu’enfin, la MONUSCO a intervenu pour les contrecarrer ; et ils sont retirés tout proche. Ils ont été obligés de rebrousser chemin car ils ne savaient pas ce jeu [manipulation]. »

Il continue « Mais votre problème est soit de ne pas savoir ou vous le connaissez mais vous ne voulez pas dire aux vôtres la vérité ou dire à tout le monde cette vérité. Red-Tabara sont des militaires qui avaient planifié faire un coup d’Etat contre Nkurunziza ; et ils sont presque tous Tutsi; ils ont fui au Rwanda ; ils ont échoué [coup d’Etat] et ont fui au Rwanda. Kagame les a formés ; ils avaient été tous de militaires et ont fait d’autres formations militaires là-bas. Bonnnn, Kagame les mélangeant avec quelques éléments de ses militaires pour les envoyer dans les Hauts Plateaux à Minembwe. En les envoyant là-bas [Minembwe] c’était pour faire leur jeu [guerre] aux côtés de quelques Maimai ; quelques groupes ou tous les Maimai si nous pouvons dire. Profitant de cette alliance, les Maimai diront ‘voilà tout ce que nous avons longtemps cherché c’est expulser ces gens [Banyamulenge] d’ici [Haut Plateau]’. Ce jeu [manœuvre] tu le connais dans sa totalité ; mais alors tu ne veux pas dire aux gens [population] la vérité, surtout publiquement [particulièrement] à vos proches [groupes ethniques soutenant le Maimai] l’origine de ce désastre qui affecte les vieux/vieilles qui ont élevé leurs vaches et ont vécu dans ces milieux de dizaines et centaines d’années… ; mais, vous ne voulez pas dire la vérité. Et alors, tout ce monde est envoyé par Kagame et je n’ai jamais entendu dans ton audio où vous évoquez le nom de Kagame ; vous me suivez. »

Ensuite, il ajoute : « Vous avez quand même l’obligation de dire aux gens [personnes] la vérité. Kagame est entrain de faire un jeu [manœuvres] pour Azarias Ruberwa, ehhhh les…autres là, Moise Nyarugabo ; et c’est pourquoi il n’a jamais annoncé [dénoncé] à Kinshasa pour dire que ces militaires étrangers sont venus de là [préciser leur origine]. Il [Moise Nyarugabo] parle seulement des étrangers. Des étrangers qui ont fui d’où, quand ils ont échoué de faire le coup d’Etat au Burundi? Et c’est bien connu par le gouvernement Congolais ».

Ajoutant : « Vous parlez des militaires Congolais qui se battent. Tous ces militaires qui se battent là-bas ; que celui-là [autre interlocuteur qui aurait partagé son avis ou autre chose sur les médias sociaux ?] cite soit ceux du RCD/Goma [Rassemblement Congolais pour la Démocratie]. C’était le RCD/Goma dans le temps ; tu vois. RCD/Goma, ils ne peuvent plus se battre ; ceux-là, même s’il arrivait quoi ; ils sont plutôt de militaires que Kagame a formé, tout ce monde, le M23 et tous ces Généraux qui sont au Kivu, ils sont tous du RCD/Goma et ils savent bien le jeu [manœuvre], la MONUSCO connait ce jeu [manœuvre] et elle [Monusco] est aussi dans les mains [sous contrôle] de Kagame. La Monusco, sont ceux-là qui établissent des usines au « Bug », au Rwanda ; tu vois, pour installer les usines pour fabriquer les voitures et je ne sais quoi. Ils sont qui ? ils sont des hommes [femmes] d’affaires qui veulent faire leurs businesses au Congo. »

La situation est plus complexe qu’on ne saurait plus distinguer qui fait quoi mais il faut insister sur la vérité. De ce fait, il précise « Alors, quand vous hésitez de dire la vérité aux gens [personnes] et leur dire que celui qui contrôle ce jeu est Kagame ; il utilise Moise Nyaru ; parce que Moise Nyarugabo connait tous les détails (il est au courant de tout) ; il [Moise] aurait plutôt dit qu’ils [militaires Burundais] ont fui le Burundi vers le Rwanda, le Rwanda les a formés et y introduisant d’autres [militaires Rwandais] qui se sont joint aux Maimai. Mais lui [Moise Nyarugabo] évite de renoncer [dénoncer] le Rwanda mais il renonce [dénonce] en évoquant de rebelles Burundais seulement. Mais non, il y a de Banyarwanda du Rwanda, de militaires venus du Rwanda sont entrain de combattre là-bas [Minembwe] ; tu vois. Certains [militaires du Rwanda] sont envoyés au sein du gouvernement ; et les autres au sein de l’opposition pour qu’il [Kagame] ait l’occasion de voler l’or à Goma et ailleurs ; tu vois. »

La mission de l’acteur principal selon l’analyste anonyme « Il [Kagame] poursuit les militaires de Kayumba Namwasa [Nyamwasa], ce petit groupe, qui sont là-bas [Haut Plateau]. Comme tu le sais, pour lui, il a beaucoup de militaires. Comment est-ce qu’il laisse ceux qui sont proches vers Goma et veut poursuivre sont qui sont à Minembwe ? Pourquoi il ne poursuit pas ceux qui sont dans les brousses en Uganda et poursuit ceux qui sont à Minembwe ? Voilà le jeu [stratégie] qui est là ; c’est comme s’il a vu qu’à Minembwe où il y a d’autres Tutsi ; ses opposants pourront recruter ; Kayumba Namwasa pourra recruter plusieurs militaires. Il faut alors tout mettre au clair comme ce jeune l’a exprimé ; il y avait aussi un autre papa avec qui ils discutaient et l’autre papa qui était à Minembwe et un autre qui est de cette partie de pays de l’Europe. Ce papa a dit ». Fin de son analyse.

Votre interprétation pourra vous indiquer combien cette tragédie est complexe au point qu’il est difficile à discerner les acteurs ; mais, tout de même, il y a d’indications même chez les moins-politisés. La suite est intéressante car il s’agit d’un message de représentants des églises ; membres de communautés Babembe tous deux. On ne saurait pas dire qu’ils politiciens ou pas ; mais, ils s’expriment selon leur manière et sans peur.

  1. Représentants Lubunga & Abekyamwale

Les deux sont des Représentants Légaux des églises Méthodistes et CELPA respectivement. Dans leurs discours, ils ont insisté sur l’instrumentalisation de la classe politique sur les paisibles citoyens. Les politiciens se construisent de villas sur votre dos ceux-ci. Ils fournissent des armes et c’est le tour de paisibles citoyens de s’entretuer pour de raisons non-évidentes. Toutefois, ils comprennent aussi ce danger d’alliance qui se font et se défont. Ils ont été dans e temps, mais le divorce ne peut conduire à la rancœur, de représailles mais aussi de manipulations de tous les sens.

Abekyamwale dans son discours insiste à la (3.43 min) : « Je suis un enfant [natif d’Itombwe] d’ici et je vais être franc avec vous. Suivez-moi bien, je suis natif and fils d’ici ; n’est-ce pas [suko en Kinyamulenge]. Si je dirais que je vous apporte de richesses et j’arrive ici et achète des armes, j’achète d’équipements pour que les gens [population] continue à se battre, n’est-ce pas. Même si on s’accuse mutuellement, nous disons que ce sont de gens qui sont à Baraka, Bukavu, Uvira et en Europe qui font cela. Il faut reconnaitre que nous aussi nous acceptons. Toutefois, le moment qu’on se batte, des personnes meurent sur le front. Les gens continuent à s’entretuer… a qui appartient l’enfant qui meurt le premier ? le mien demande Abekyamwale? le public dit NON. Mon enfant abandonnera l’école…. Nous disons souvent que ce sont les politiciens qui nous trompent ; pourquoi ne pas leur dire de venir eux aussi au front pour combattre ?

Le ton change quand le Représentant Légal de la CELPA pointe du doigt les acteurs qu’on a de fois difficile à évoquer. « Ceci [ce message], nous avons voulu le dire clairement ; et surtout par rapport aux groupes qui viennent de l’autre côté [de la frontière]. Ces groupes armés. Mes amis…hummm ; et des officiers bien formés ont péri ici [sol de Minembwe]; les enfants d’ici ont refusé les histoires du Rwanda. Est-ce qu’ils ne se sont pas affrontés ? Et c’est moi qui vous l’informe ? »

Le public devient timide pour exprimer un accord dont on exprime difficilement Abekyamwale « Vous ne le savez pas ? [Le public répond avec un timide] « OUI. Dans votre sagesse, vous croyez que Kagame a oublié ça ? Même s’il parle à la radio « génocide », génocide … Vous oubliez qu’il [Kagame] a envoyé des groupes qui voyagent [tuent] avec les Maimai ? Vous ne le connaissez pas ? timidement OUI. Et c’est ce que vous appelle l’amour (sympathie) ? Il prend de gens [groupes] qui se coalisent avec les Maimai pour que de vieux, mes larmes tombaient aux yeux et dans mon cœur ; voir de personnes fuir Mibunda [Itombwe] jusqu’ici ; avec l’âge plus avancé et n’ont plus où vivre ! ».

Il faut rappeler que les représentants légaux des églises s’exprimaient devant leurs fidèles ; méthodistes, CELPA…. Bien que tard pour dénoncer ce plan macabre, ils ont fini par le dire. Il est aussi à retenir que Mr Lubunga avait conduit de réunions autour de la plaine de Tanganyika, Baraka (principalement) avec ce même message. Des informations disaient qu’il avait rencontré une résistance farouche car la plupart de gens serait de ceux qui croient en l’assaut final pour en finir avec les ‘envahisseurs’.

Conclusion

Les deux messages dont le bloggeur a pu interpréter expliquent comment cette tragédie macabre est complexe. De fois, on sent de contradictions qui seraient fausses dans le fond. Sa complexité fait qu’on ne sache plus qui fait quoi et pour quelles raisons valables. Des milliers périssent, des villages incendiés, des vaches razziées aux yeux indifférents, impuissants ou complices de FARDC. LA MONUSCO dépassée ou non plus adaptée. De toute évidence, les sources concordantes tendent à signifier que les acteurs actifs sur le terrain avaient reçu de briefings qui cadrent avec leurs intérêts particuliers. Pour certains, il était question d’accéder aux espaces qui serviront de bases-arrières ; les autres avaient reçu la mission d’en finir avec les ‘ennemies d’antan » ; alors qu’on peut penser que d’autres avaient été contactés dans le sens de trouver un appui devant cette menace de déracinement. TRES COMPLIQUE MAIS UNE REALITE EST LA. RIEN N’A ETE SPONTANE AU POINT D’ARRIVER A UNE TELLE TRAGEDIE !

NTANYOMA R. Delphin

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.easterncongotribune.com

About admin 348 Articles
PhD fellow @ErasmusUnivRotterdam/ISS: Microeconomic Analysis of Conflict. Congolese, blogger advocating 4r Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC In the top of that, proud of being "villageois"

Be the first to comment

Leave a Reply