Déprivée d’Assistance Humanitaire : Minembwe Assiégé par les « FARDC ou Groupes Armés » ?

Une tragédie sans nom qui dure depuis Février 2019 ; 10 mois consécutifs que Minembwe vit sous ce choque. Tout commençant par une attaque qu’on croyait être « normal » quand les combattants Maimai attaquant Minembwe avec l’appui qui était encore flou des éléments Burundais dont le Red-Tabara et consort. C’était du 26 Février au 6 Mars 2019, quand une confrontation au niveau de Matanganika/Lulenge tente d’avancer vers Minembwe centre. Personne ne pouvait y croire qu’une bataille de libérer Minembwe prendra cette ampleur allant à 10 mois et pour enfin faire quoi. Dans la foulée, quelques villages de Biziba sont attaqués et brûlés par les combattants Maimai vers 27-28 Février & 6 Mars. La situation est confuse dans le Matanganika, une région de confrontation entre éleveurs et agriculteurs comme on a tendance à le présenter. Cette crise de Matanganika tourne au cauchemar pour certains éleveurs alors que d’autres milliers de vaches dits « autochtones » ne sont pas concernés. A la suite de cette confrontation, des dégâts ont été innombrables dans la région de Matanganika. De dizaines de personnes sont tuées brutalement par des hommes en armes du côté Banyamulenge que Bafuliro et Banyindu. L’attaque de ces villages de Biziba présage déjà que quelque chose se tramait en coulisse. On voit déjà une mobilisation contre une commune rurale qui prend une ampleur extraordinaire.

  1. Attaques Coordonnées & Corridors comme Complicité ?

En Mai 2019, Minembwe est attaqué pour la seconde fois à partir du Nord-Est (Kalingi-Bidegu) sous prétexte que Kawaza est mort. Des attaques viennent encore une fois vers le Sud, en direction de Biziba pour vanger cette mort. Personne ne croyait pas encore qu’il y ait un tel plan dont on hésite de mentionne son nom. En juin 2019, plusieurs tentatives se déclarent ouvertement contre la Commune de Minembwe et d’attaques commencer à prendre plus de deux semaines consécutives. Le Maimai et alliés se disaient déterminer d’en finir avec cette aventure dite de la décentralisation. De manifestations de soutien aux Maimai sont organisées au travers le monde, Bruxelles, Arizona, Manchester, Kinshasa, Bukavu, Goma, Johannesburg. Les mois de Juin, Juillet, Aout, Septembre et Octobre ont été intenses en combats contre Minembwe alors que l’Itombwe et Kamombo ont été complétement décimés. Il est fort probable que durant cette période Juin-Octobre 2019, en moyenne 3 attaques par semaine étaient planifiées et exécutées pour détruire ces dizaines de villages de Minembwe Centre. L’autre caractéristique de ces attaques régulières étaient qu’elles provenaient de plusieurs directions, Gahwera, Kivumu, Masha, Biziba, Kabingo, Kalingi, Gakenke, Gakangara ; bref, à partir de 4 points cardinaux.

Pendant toute cette période, on avait signalé une complicité des Forces Armés de la République Démocratique du Congo (FARDC) dont notamment certains commandants qui avaient été cités nommément. Ma lecture personnelle est qu’il s’agit de FARDC et non d’individus commandants. La complicité de commandants FARDC n’a pas de limités. De fois, on a signalé une main de FARDC derrière les groupes d’auto-défense dits Twirwaneho pour repousser ces attaques Maimai. Difficile de savoir qui avait en premier lieu cette responsabilité de protéger pour qu’il soit secouru par l’autre; un débat sans fin comme dans toutes les guerres. Chacun veut prouver ce qui lui avantage et vice-versa. Toutefois, une réalité est incontestable. Pplus de 100,000 vaches ont été razziées dans les mains des éleveurs sans aucune protection et se font vendre jusqu’à présent dans les marchés de la région. La razzia a si vite trouvé de corridors autour des zones dites de déploiements de FARDC. Plus de 80% de vaches razziés l’ont été dans les zones contrôlées par les forces dites loyalistes. Les naïfs croyaient qu’il s’agissait d’un problème personnel d’un certain commandant X ou Y qu’on pouvait accuser et peut-être permuté.

La situation change dramatiquement vers Octobre-Novembre-Décembre 2019. Les FARDC tendent de prendre part aux combats contre Twirwaneho ? Alors que toute la région abandonnée (Itombwe, Kamombo, Rugezi) par les populations civiles sont toujours déployés par les FARDC, la nouvelle donne tend à montrer que des éléments FARDC, Maimai et alliés peuvent avoir de positions militaires dans un périmètre moins distant. De fois, on soupçonne les FARDC de prêter une main forte derrière la razzia ; alors que durant les premiers mois, il avait été question d’ouvrir les corridors. Ces militaires impayés, veulent se faire payer par des vaches « non-autochtones » ? Difficile à répondre.

  1. FARDC Achève la Mission Maimai et Alliés ?

La situation actuelle est plus inquiétante et tend vers une confrontation ouverte entre Twirwaneho et FARDC si rien n’ait fait pour prévenir cette escalade. Alors que les attaques continuent sur Minembwe dont celles de la semaine passée à Biziba ; deux fois cette semaine Gahwera/Kahwela et Kivumu sont attaqués. De sources corroborent que le samedi-dimanche (7-8 Décembre 2019), plus de 1000 vaches avaient été emportées au niveau de Biziba, dans un périmètre de moins de 500 mètres du camp militaire d’un certain Colonel Kitenge. Normal car la population s’en est familiarisée et n’espère plus aucun appui de la part de ces militaires. A la suite de cette de Biziba, Twirwaneho s’organise pour aller ramener les vaches dans les mains de Maimai. Par grande surprise, Maimai tirent de l’avant et les FARDC tirent par derrière. De cette attaque probablement coordonnée, on en dénombre plusieurs morts ainsi que de blessés. Le lendemain avait été tendu au point que tout pouvait arriver. Un incident pareil s’est produit encore une fois aujourd’hui (18/12/2019) quand de centaines de vaches ont été emportées à Kivumu. La tentative de contre-carrer celle-ci est étouffée par les FARDC qui n’a pas hésité d’affirmer que toute tentative de sauver ces biens ne sera pas tolérée.

Positions FARDC dans les enviorons de Minembwe (par Delphin)

Plus grave, au milieu de la semaine passée, de personnes qui faisaient mouvement pour aller rechercher à manger aux environs de Kabingo (moins de 4 Kms de Minembwe centre) ont été attaqué plus de trois fois. On en a dénombré de blessés, mais aussi un cas de viol. Dans les mêmes environs, de centaines de vaches ont été emportées à Kabingo alors que personne n’avait pas vu les Maimai sauf s’ils avaient portés la tenue FARDC. De facto, après avoir chassé et placé cette population dans les conditions similaires de camps de concentration, tout est fait pour que l’accès aux champs (pour ceux qui en ont) soit de plus en plus limité ; un danger de déprivation alors que l’assistance humanitaire est aussi inexistante. En plus, ceux qui se trouvent dans les périmètres de moins de 5 kms de leurs anciens villages abandonnés à cause de cette guerre sans nom, ne peuvent plus y accéder craignant plus les FARDC comme les Maimai et alliés. Comprenez comment il est difficile de croire aux dires de la population locale qui affirme que même des matériels―équipements ménagers sont pillés dans les villages abandonnés. QUELLE EST LA FINALITE DE CETTE TRAGEDIE ?

NTANYOMA R. Delphin

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.easterncongotribune.com

About admin 351 Articles
PhD fellow @ErasmusUnivRotterdam/ISS: Microeconomic Analysis of Conflict. Congolese, blogger advocating 4r Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC In the top of that, proud of being "villageois"

Be the first to comment

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.