Bibogobogo: Qui sera Responsable de ce nouveau drame ? Par Jacques Muhumuza

A Son Excellence Monsieur le Président de la RDC, au Gouverneur de la Province du Sud Kivu, et La Monusco

La destruction des villages Banyamulenge de Bibogobogo par les Maimai Biloze-bishambuke, et Yakutumba était intervenue en date du 13 au 15 octobre 2021. Toute la population s’est déplacée vers baraka, 47 personnes civiles ont été tués et plus de 5.000 vaches pillées en deux jours. Dans la suite, il y en a eu d’autres pillées comme cela a été le cas dans le passé.

Quand la population de Bibogobogo en détresse est arrivée à Baraka, plusieurs personnes furent tabassées par les jeunes Babembe, dits Wazalendo. Dans la foulée, leurs biens ont été arrachés avec extrême violence. Pendant les deux semaines passées à Baraka, la haine a été excessive et les conditions étaient déplorables.

Le 27 décembre 2021, une réunion a été tenue dans la ville de baraka pour opérer un massacre des déplacés Banyamulenge à Mushimbake, nos sources avaient indiquées. La référence était le massacre du 26/09/1996 exécuté à Baraka quand autour de 534 Banyamulenge ont été sauvagement massacré en présence des autorités et la population locale sans un seul sentiment de compassion.

Du 29/10 au 1/11/2022, les déplacés Banyamulenges ont décidé de rentrer chez eux à Bibogobogo. Et depuis lors, plusieurs attaques des Maimai ont été opérées contre les déplacés spécialement dans les endroits où sont gardés leurs vaches. Mais avec l’aide du régiment FARDC et la Monusco, la situation sécuritaire était supportable.

Le 2/12/2021, un camion et deux motos loués pour transportés les vivres de Baraka à Bibogobogo ont été attaquées par soit les Maimai ou probablement par ces jeunes Wazanendo, ces camions ont été brulés et l’équipage tué. L’équipage de ces véhicules était constitué de personnes appartenant aux communautés Babuyu et Babembe dont leur seul péché était d’apporter des vivres aux déplacés Banyamulenge à Bibogobogo. Récemment, le 09/01/2022, les Maimai ont encore une fois attaqué les bergers Banyamulenge à Rurimba et emportent 90 vaches.

Dans toute cette situation, la présence de la Monusco donnait une garantie d’un partenaire de FARDC qui peut contribuer à la protection des civils Banyamulenge mais aussi influencer les décisions sécuritaires étant sur le terrain à Bibogobogo. Par grande surprise, le 10/01/2022, l’unité de la Monusco qui avait été placé à Bibogobogo depuis octobre 2021 pour protéger les déplacés vient d’être redéployée ailleurs. Cette décision a mis en ébullition les groupes armés Maimai pour massacrer les Banyamulenge à Bibogobogo. Actuellement la situation se présente comme suit:

  1. Les déplacés Banyamulenge de Bibogobogo sont totalement encerclés : il n’y a pas de véhicule ni de motos, pas une personne qui peut oser quitter Baraka pour Bibogobogo. Oser le faire équivaut à une mort certaine.
  2. Les déplacés Banyamulenge ne peuvent plus se rendre dans leurs champs car les Maimai sont en attente et celui qui va oser, là la mort est certaine.
  3. Les déplacés Banyamulenge ne peuvent plus aller ni à Baraka, ni à uvira, ni à Minembwe, donc complètement encerclés. Un réel état de concentration.
  4. Les renseignements font état d’une attaque certaine et mminente contre les déplacés Banyamulenge à Bibogobogo. Les réunions se sont tenues à Mutambala pour une phase finale de génocide, tuer parce que le faciès ne plaît pas.
  5. Nous vous informons en vos qualités respectives que les heures, les jours qui viennent le pire peut arriver.

Nos salutations distinguées et patriotiques.

Pour la cellule de crise des déplacés Banyamulenge de Bibogobogo.

Le chargé de communication.

Muhumuza Mugwema Jacques.

Ambassadeur de la paix.

About admin 413 Articles
PhD fellow @ErasmusUnivRotterdam/ISS: Microeconomic Analysis of Conflict. Congolese, blogger advocating 4r Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC In the top of that, proud of being "villageois"

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.