Médias et/ou Propagande Politique de Kigali ? Compatir que les « Politiques » le Veut !

Les amis de la dernière heure ? Qu’on visite les gorilles, Rwanda ou Kigali, il y a encore cette question qui taraude :  on comprend le rôle politique et celui de services de sécurité mais les raisons derrières ces médias locaux de Kigali qui se taisent et/ou se prononcent au rythme des politiques politiciennes ne doivent pas aussi nous interpeller ?

 Depuis la résurgence du M23 en 2022, les Médias de Kigali ont eu le courage de soulever les questions autour de Banyamulenge, Tutsi Congolais ou « Rwandophones » qui sont persécutés en République Démocratique du Congo (RDC). C’est vrai, ces communautés sont persécutées au point que de milliers qui se sont réfugiés dans plusieurs pays de la région de pays de Grands Lacs d’Afrique ont de difficultés de rentrer en RDC ; et depuis 2017 à nos jours, au Sud-Kivu les membres de la communauté Banyamulenge font face à un plan macabre génocidaire visant à les éradiquer sur le territoire Congolais.

Quand le Media Igihe.com fait croire aujourd’hui qu’il porte la voix de ces communautés persécutées dont les « Rwandophones », Banyamulenge ou Tutsi (voir par exemple les articles du 30/05/2022 ; 18.06.2022 ; 05/07/2022), ce courage de plaider pour une situation dont ces médias ont été observateurs pour les quelques années récentes suscite une réflexion pour comprendre de raisons derrière cette nouvelle « détermination ».

Alors que pendant ces années la situation en RDC n’a pas spécifiquement changée pour ces communautés ci-haut citées y-compris le Hema de la Province de l’Ituri, et pour d’autres communautés affectées par la violence et les guerres récurrentes à l’Est de la RDC en général, par exemple Igihe.com écrivait en date du 22 novembre 2017 que (lire l’article Igihe.com ici) :

Abo bombi ubu bashinzwe gutangiza inkambi nshya yo kwitorezamo ya RNC, hafi y’umupaka Uganda ihuriraho na Repubulika Iharanira Demokarasi ya Congo na Sudani y’Epfo. Iyo nkambi nshya y’imyitozo kandi ngo izaba isanga indi ikorera i Minebwe muri Kivu y’Amajyepfo muri RDC.

Littéralement, le texte en Kinyarwanda tiré dans l’article du 22.11.2017 peut s’interpréter en Français comme suit : « Les deux [Maj. (rtd) Habib Mudathir et Capt (rtd) Sibo Charles] sont actuellement chargés d’ouvrir les centres de formation militaires à la frontière entre l’Uganda, la RDC et le Sud Soudan. Ce nouveau camp de formation militaire s’ajoute à un autre camp qui est déjà établi à Minebwe [Minembwe] au Sud-Kivu en RDC ».

En résumé, l’article Igihe.com du 22/11/2017 évoquait comment les projets des opposants Rwandais, notamment Rwanda National Congress (RNC) opérant spécifiquement en Uganda (sous la supervision de services de renseignement Ougandais) essaient d’établir de camps de formation militaires pour les recrus qui vont attaquer probablement le Rwanda. De la manière dont on peut facilement croire qu’elle était coordonnée entre plusieurs médias, ce récit d’Igihe.com ne faisait que relayer (interpréter) un article d’un Media Kenya, The Nairobian (voir cette version sur Igihe.com du 21/11/2017). Dans cet article (Igihe ou the Nairobian), on peut aussi comprendre le degré d’inquiétude de la part de ces médias vis-à-vis de relations diplomatiques et coopération militaire entre l’Ouganda et la France. Dans ce contexte, toute personne qui suivait de près cette situation pouvait anticiper que ce dossier qui impliquait le « pays de Minembwe » était si profond.

Sans citer d’autres médias comme Rushyashya.net qui avait en premier lieu prédit ce clavaire qui devait tomber sur « Minembwe » (lire l’article du 25/09/2017), The Rwandan qui alertait sur un probable plan de Paul Kagame d’en finir une fois pour toute avec le Banyamulenge (lire l’article du 23/10/2017), La Libre Afrique qui est allé au point de faire croire que l’Antonov qui a connu un crash en date du 30/09/2019 devait se rendre à Minembwe pour approvisionner les rebelles Rwandais dont le Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) (voir l’article du 01/10/2017), le Media Igihe a continuellement présenté jusqui’en 2018 Minembwe non pas comme une entité faisant partie de la RDC mais plutôt comme une zone autonome qui a été conquis par des opposants de Kigali (voir l’article du 27 Décembre 2017).

Dans cet article du 27 Decembre 2017, le Media Igihe.com relayait une information de personnes qui avaient été interpellées (arrêtées) à la frontière entre l’Ouganda et la Tanzanie en ces mots :

Izi mpunzi zari itsinda rigizwe n’abasore bakiri bato, bagenderaga ku byangombwa by’inzira by’igihe gito bya Uganda ariko by’ibihimbano, bahawe n’Urwego rushinzwe Ubutasi mu Ngabo za Uganda, CMI, kugira ngo bazabashe kwambuka umupaka wa Tanzania, berekeze mu Burundi hanyuma binjire muri Repubulika Iharanira Demokarasi ya Congo mu Majyepfo yayo ahazwi nka Minembwe.

Dans cet extrait d’Igihe.com, il est dit que « Ces réfugiés [interpellés à la frontière] étaient composés par de groupes de jeunes gens qui voyageaient avec des documents de courtes durées qui ont été délivrées par les services de renseignement Ougandais (CMI : Chieftaincy of the Military Intelligence) pour qu’ils traversent la frontière Tanzanienne vers Minembwe en RDC en passant par le Burundi ».

Minembwe est situé précisément au Sud-Kivu et en territoire de Fizi et est principalement habité par les membres de la communauté Banyamulenge. En aucun cas et nulle part dans l’histoire de cette entité Minembwe il n’y a jamais eu un camp d’entrainement militaire lié au RNC/P5 à Minembwe. La seule présence d’éléments RNC/P5 qui avait été signalé au Sud-Kivu était dans la localité de Bijabo a une longue distance de Minembwe. Bien qu’un groupe composé majoritairement par des combattants Banyamulenge avait servi de pont, leur présence entrait largement dans la confrontation régionale (Rwanda-Burundi) et les manœuvres de Kinshasa de trouver d’alibi pour reporter les élections présidentielles (générales) de 2016.

L’évidence prouve que la présence RNC/P5 dans cette région du Sud-Kivu est à situer après l’installation de rebelles Burundais qui avaient une double mission : attaquer le Burundi mais aussi ramener à l’ordre ces Banyamulenge qui n’obéissaient plus le « Maitre ». Ils étaient une centaine d’éléments RNC/P5 qui finiront par être livrés à Kigali par Kinshasa dans des conditions presque floues. Toutefois, le calvaire de civils Banyamulenge n’a pas stoppé n dépit de ce changement spectaculaire des alliés. Il s’en ait suivi une destruction presque totale impliquant ces rebelles Burundais aux côtés de MaiMai, ces milices locales qui ne jurent que pour l’effacement des « étrangers » sur le territoire Congolais.

Cette destruction ne date de ces années récentes. Elle a existé et elle persiste. Elle s’est extrêmement accentuée ces 5-6 dernières années quand par exemple la zone occupée par de Banyamulenge au Sud-Kivu s’est faite détruire presque dans sa totalité. Devant toute cette destruction, tout allait bien et les médias de Kigali présentait plutôt une version de faits qui ne faisait que détourner l’attention, créer l’antipathie contre ce Banyamulenge qui vivent (vivaient) à Minembwe.

Rare sont les fois que le Président Kagame s’est exprimé sur cette question (une seule fois si ma mémoire est bonne : une question autour de la campagne #SaveMulenge lui était posée). Quand l’Ambassadeur Vincent Karega a été consulté en 2021 par des individus qui avaient inities de consultations avec plusieurs Ambassades de pays de la CIRGL et celles Occidentales, il aurait répondu que le Rwanda est en bonne relation avec l’administration Tshisekedi et que la question Banyamulenge est presque secondaire (je n’en suis pas témoin oculaire).

Tout d’un coup, et les médias, les activistes, les politiques parlent de la discrimination, de l’exclusion et de la persécution de Tutsi Congolais, Banyamulenge, « Rwandophones ». Il ne faut pas s’en méfier mais il ne faut non plus être emporté par la naïveté.

En m’exprimant, je fais un choix entre la survie et les voyages aux événements sociaux et ou les mariages.  Bon dimanche à toutes et tous.

Ntanyoma R. Delphin

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: https://easterncongotribune.com/

About admin 415 Articles
PhD & Visiting researcher @ErasmusUnivRotterdam/Institute of Social Studies (ISS). Interest: Microeconomic Analysis of Violent Conflict, Genocide Studies and violence targeting minority groups. Congolese, blogger advocating for Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC. On top of that, I'm proud of being a "villageois"

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.