Me Bukuru Ntwari : Deux Ans d’une Disparition tragique/Par Delphin Ntanyoma

Bukuru Ntwari

Personne ne se savais pas que dans la nuit du 01- 02/06/2021 vous nous quitterais. Personne ne pensait vraiment que c’est la nuit où vous allez laisser votre famille, des amis et toute la région des grands lacs d’Afrique dans ce deuil infini. C’est le matin du 02/06/2021, des informations se propagaient sur ton assassinat tragique. C’était une journée tragique pour vos enfants, les familiers et les amis quand nous apprenions que les mains fortes et « invisibles » avaient décidé de mettre fin à votre vie.

1. Votre Engagement Posait un Danger Perceptible

Nous ne savions pas exactement quand votre mort va arriver, mais plus d’évidence prouvaient que votre engagement de sauver le Congo et particulièrement le Banyamulenge dérangeait de plus en plus. Toute personne soucieuse de votre securité et avenir percevait un danger imminent car le complot pour exterminer ton peuple avait des ramifications dans toute la région des Grands Lacs d’Afrique. Deux ans après ce lâche assassinat, je me dois d’honorer votre combat car il est encore long et pourra prendre longtemps.

Ce bref billet n’est pas une occasion de raconter tout ce que nous connaissons ou pensons vous était arrivé cette nuit-là quand ces forces obscures vous tiriez dans votre bureau de travail, chez-vous à la maison, pour vous asphyxier. Ils avaient depuis longtemps planifié ce sale complot en passant par de personnes qui tissent de l’amitié alors qu’elles sont au service du mal. Ce billet n’est ni moins un récit exhaustif de ce que vous avez accompli durant cette courte période de votre engagement en faveur de ce peuple dont vous croyez en leurs droits comme Congolais à part entier.

Il est plutôt une occasion pour réfléchir sur ce qui nous reste à faire en tant qu’amis et personnes qui partageaient votre souci de voir un Congo fort où tout un chacun a les mêmes droits et obligations indépendamment de sa taille, son origine ou son affiliation sociale ou politique. Nous partageons plus avec vous ce souci que toute forme de violence visant à exterminer tout un peuple doit s’arrêter. Dans ce monde où les majoritaires tendent à imposer leurs points de vue, nous nous levions ensemble avec vous en vue de valoir et interpeller les forts pour que les voix de groupes minoritaires soient prises aussi en compte

2. Pourquoi vos criminels avaient-ils fait ce choix de vous Assassiner ?

A cette interrogation, l’on pourrait dire sans la moindre hesitation de nous tromper, que ces criminels ne visaient qu’à faire taire toutes les voix qui demandaient la justice pour ton peuple. Ces criminels visaient à manipuler la vérité sur ces massacres perpétrés contre le Banyamulenge. Vos déclarations, communications, sorties médiatiques dérangeaient ceux qui savaient que leurs mains noires ont, de loin ou de près, participé dans la destruction de votre peuple. Votre courage de mentionner à maintes reprises le rôle de rebelles Burundais, notamment le Red-Tabara, Forebu et FNL dans la destruction de Banyamulenge ne pouvait que couter cher.

Pour preuve, votre assassinat s’est produit à Kigali, l’une de villes de l’Afrique des Grands Lcs où ces genres d’assassinats ne peuvent qu’arriver à une personne après que la haute hiérarchie ait donné un « feu vert ». D’une manière étrange, les premières informations de votre assassinant sont venues de vos « détracteurs-comploteurs » vivant à Uvira (Sud-Kivu) ou ceux residant en Tanzanie ou en Afrique du Sud. Ils (elles) avaient été les premiers à célébrer, au travers les statuts de leurs WhastApp, la mort de celui qu’ils (elles) considéraient comme leur ennemi. Ils étaient nombreux qui lisaient en vous cette détermination de les exposer.

Durant votre engagement, vous avez été sur la ligne de bataille médiatique sous différentes formes. Vos efforts à documenter ces atrocités qui se commettaient dans un silence assourdissant de ceux qui nous disent aujourd’hui être « protecteurs » constituaient un risque mais un choix noble. Le silence de ceux qui nous promettent le “paradis” aujourd’hui, était une preuve de complicité directe ou indirecte. Ceux qui se culpabilisaient de leur complicité ou de leur silence ne pouvaient pas tolérer que votre engagement se consolide.

3. Surement, votre Départ à créer un Grand Vide

Vous le saviez, nous le savions, nous l’avons vécu, votre départ nous a créé un si grand et très profond vide. Me Bukuru, vous ne pouvez pas vous imaginer qu’actuellement, comme conséquence de votre absence, de semaines et de mois s’écoulent sans qu’aucun écrit ni un message WhatsApp soit partagé sur le calvaire que les vôtres traversent. Ces rebelles Burundais se sont installés dans la partie Lulenge, en Territoire de Fizi. EN collaboation avec les MaiMai, ils ont encore une fois commis de crimes contre les civils et leurs biens, en tuant le Pasteur Budederi Jansoni et Kimeme Antoine ainsi six autres blessées. Je sais bien que vous ariez été le premier a condamner cette ieneme tragédie dans de mots forts mais particulierement avec plus de precisions.

Après votre assassinat, nous nous sommes heurtés aussi a de multiples challenges. Sous une pression facilement identifiable, nous tendons à accepter que les crimes commis par le Red-Tabara peuvent être accommodés. Qui peut encore avoir le même courage comme le vôtre et dire enfin haut et forts que seul le Banyamulenge sont les premiers à défendre leur survie. Toutefois, nous n’avons pas encore perdu le courage et espérons que ces jeunes qui haussent leur ton pourront combler ce vide.

4. En quoi sommes-nous encore optimistes ?

Votre départ nous a plongé dans le désespoir et nous a prouvé combien ce complot d’exterminer le Banyamulenge n’a jamais été un fait du hasard. Alors que les signaux sont moins promettants, le Banyamulenge vivent toujours assiègés dans les Hauts Plateaux d’Uvira-Fizi-Itombwe. Les conditions sont extrêmement difficiles dans cette partie du Congo, mais ils tiennent encore. ils sont déterminés à défendre leurs droits sur le territoire Congolais comme de Congolais. Face aux défis multiples, de jeunes sont encore prêts à user leurs moyens y compris les médias sociaux pour faire valoir leurs causes. C’est difficile mais ça marche.

Vous avez peut-être appris que de « frères » d’hier ont divorcé. On ne nous dit plus que leur préoccupation est le renforcement de relations de bons voisinages entre les Etats. Les discours de haine se sont multipliés et font de dégâts. Toutefois, de personnes influentes ont été sanctionnées car promouvant la haine. C’est  un bion signal.

Certes votre disparition, a laissé un vide difficile à combler, mais nous restons très optimistes, car d’autres personnes courageuses font leur montée et continuent votre combat pour la vérité. Je sais que là où vous êtes, vous nous regardez. Nous sommes déterminés à protéger notre existence en RDC. Minembwe reste assiégé mais existe encore, aujourd’hui et existera à jamais. La plaidoirie pour notre droit à la survie va continuer, nous pensons que c’est la seule façon de perpétuer votre combat, votre mémoire aujourd’hui.

Conclusion

Me Bukuru, malgré le fait que vous soyez parti si tôt, vous faites encore partie de notre vie. On n’oubliera jamais vos convictions et votre détermination. Avec vous, nous avons appris, compris et restons convaincu que seul le Dieu vivant, notre créateur, rien d’autre n’est au-dessus de la survie de Banyamulenge. Cher Bukuru Ntwari, deux ans après votre disparition tragique et préméditée, nous restons déterminer pour continuer votre combat. Autant ils manœuvrent pour brouiller les pistes et ainsi cacher leurs responsabilités, autant nous réalisons leur rôle dans ton assassinat. Nous continuerons d’exiger une justice. On ne sait jamais, un jour le ciel pourra venger votre mort. Rest in Peace

About admin 430 Articles
PhD & Visiting researcher @POLISatLeeds. Interest: Microeconomic Analysis of Violent Conflict, Genocide Studies and violence targeting minority groups. Congolese, blogger advocating for Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC. On top of that, I'm proud of being a "villageois"

1 Comment

  1. Merci pour c’est cet article si enrichissant, parler du feu Me Bukuru Ntwali wa N, et perpétuer ses valeurs, est pour le monde et en particulier la région des Grand Lacs africains, est un devoir de tout chacun;
    Keep it up.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.