L’implication des FARDC dans la destruction de Bibogobogo/par Alex Mvuka

Bibogobogo est le dernier milieu (habité par les Banyamulenge) détruit par les Mai Mai en collaboration avec les FARDC.

  1. Avant la destruction des villages de Bibogobogo, la hiérarchie des FARDC qui commande un génocide des Banyamulenge a ordonné un commandant de Baraka à quitter la zone. Ce commandant avait son travail régalien, celui de protéger la population et de lutter contre la destruction des moyens plateaux de Fizi.

Malheureusement, il a été déçu. Son ambition du patriotisme noyée dans les calculs politiciens malveillants et mortifères ;

  1. Deuxième étape : avant le départ de ce commandant, lui et quelques chefs locaux de la contrée de Bibogobogo ont pris soins de demander de faire des rencontres d’encouragement avec le nouveau commandant de Baraka pour lui donner des conseils sur la situation fragile et des possibles attaques par les Mai Mai contre les populations civiles et suggérer comment maintenir la cohabitation pacifique entre des différentes communautés ; hélas le nouveau commandant a complètement ignorer les avis des communautés qui pourtant avait permis de pacifier la contrée.
  2. Troisième étape : Après cette mutation motivée par une stratégie maléfique, il ne restait que de mobiliser 4 groupes mai mai dont: 1. Yakutumba (de Mutambala) 2. Mupasula (de Fizi). 3. Toronto (Mutambala). 4. Biloze bishambuke (de Milimba) avec le soutien du régiment de FARDC de Mukela. Ces activités de planification sont confirmées par plusieurs sources dont ; les assaillants eux-mêmes, les paisibles citoyens et des services à la fois de renseignements et de la société civile;
  3. Quatrième étape: deux semaines avant l’attaque, les soldats de FARDC ont quitté le milieu Bibogobogo. Ils n’en restaient que 5 soldats pendant l’attaque. Ils ont fui avec toute la population victime sans tirer même une balle de dissuasion ;
  4. La population a demandé un secours. Dans tout ça, les renforts ont été refusés aux victimes. Les positions de FARDC sont à Baraka, Lweba, Lusenda et Mushimbaki (toutes ces localités se situent à peu près 15km). Le commandant à Baraka a dit qu’il n’est pas venu sauver les “Banyarwanda” entendez les Banyamulenge. Un message clair de cet officier accrédité est passé clairement aux yeux de tout le monde et surtout les Banyamulenge, leur demandant de se débrouiller;
  5. Les rescapés déplacés sont descendus vers Baraka, Lweba et Lusenda. Mais ils n’ont pas été protégés ni par la police ni par l’armée;
  6. Pour masquer l’implication de l’état-major, les FARDC disent qu’ils vont dépêcher des militaires. Mais on apprend que le Général Mukalay François, le commandant du Secteur opérationnel Sukola 2/Uviraurait ordonné aux militaires partis en renfort pour protéger les Banyamulenge de Bibogobogo de s’arrêter à Lusenda, alors que les victimes sont en danger d’extermination par les Mai Mai.
Déplacés de Bibogobogo en direction de Baraka

Les sources locales font état de soixante-quinze otages (femmes, enfants et hommes) une dizaine de morts.

  1. Les déplacés continuent à subir les humiliations et traitements inhumains aux yeux des autorités de l’état. Certains déplacés ont été gravement blessés par de jets des pierres par des gens parmi les populations locales. D’autres sont portés disparus;
  2. Il y a eu aucune réaction des autorités centrales, provinciales et militaires, parce que la violence affecte les “détestés” et ceux qui “méritent la mort”. Certains parlent des “affrontements” au lieu des attaques ;
  3. Certains des otages Banyamulenge ont été libérés par les interventions et négociations de Mgr Amirado Amisi Anwema. Un des rares leaders religieux qui a le courage de dénoncer les tueries en cours contre les Banyamulenge. Il a refusé de jouer à la neutralité dans la situation d’injustice.

En conclusion

Le génocide est en cours et tous ses ingrédients sont là. L’intention de FARDC de détruire entièrement la communauté Banyamulenge n’est plus à douter. Sachez qu’il y a aucun affrontement entre les communautés locales. Il ya pas des communautés en conflits. Les Babembe, Banyindu, Bafuliro vivaient aux cotes de Banyamulenge à Bibogobogo. Les villages de Babembe (Lusuku, kanguli, kicula, mukela, lumanya, musika, kasolokocyi, et autres) restent intacts. Et pourtant ces villages sont des bastions de MaiMai. Il y a plutôt un plan (conduit par des acteurs de l’Etat congolais et son armée) d’exterminer le Banyamulenge ou les forcer à quitter la RDC. L’arme officielle a armé les mai mai. Comme cela ne pouvait pas suffire, l’armée protège et défends les MaiMai. Les mai mai et FARDC se partagent les vaches depuis 2017 avec un objectif partagé et slogan “acha tukule ngombe za ba nyarwanda.”  Les opérations militaires extrêmement couteuses et la perte économique que les FARDC ont causé aux victimes est plus grande que le projet de 100 jours.

Si le chef de l’État recevaitt de faux renseignements sur le but des opérations militaires ? Il ne pourra jamais résoudre les crises sur cette base. Les opérations mafieuses vont continuer à vider le trésor public. Et le président ne pourra pas atteindre ses objectifs officiels promis au peuple congolais. Son armée est la mère de presque tous les groupes armés. Il se pose une question de savoir pourquoi le chef de l’Etat ne veut pas affronter la problématique de la haine raciale envers les Banyamulenge au Sud Kivu. Est-ce qu’il s’agit de se « construire » une base électorale dans cette partie du pays sous cette approche génocidaire ? Et si cela est le cas, sa position vis-à-vis de Banyamulenge n’est pas très différente de celle du Maréchal Mobutu d’après la Conférence Nationale qui avait choisi d’hypothéquer l’identité nationale de Banyamulenge, en les déclarant des étrangers par le truchement de la Commission Vangu Mambweni, au profit de l’électorat de l’ancien Kivu (Nord et Sud-Kivu et Maniema) qui était considéré, d’après le sondages, comme le swing state lors des élections. Sacrifier tout un peuple pour une élection en 2023. Il se trompe.

Alex Mvuka

Chercheur et analyste politique (RDC)

https://twitter.com/AlexMvuka

About admin 415 Articles
PhD & Visiting researcher @ErasmusUnivRotterdam/Institute of Social Studies (ISS). Interest: Microeconomic Analysis of Violent Conflict, Genocide Studies and violence targeting minority groups. Congolese, blogger advocating for Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC. On top of that, I'm proud of being a "villageois"

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.