Fiston Malago: Tribal, Natif d’Uvira ou Vice-Gouverneur de la Province ?

Dans les démarches visant à étouffer l’existence de la commune de Minembwe, une manifestation a été organisée à Bukavu, au Sud-Kivu. Au moment de la manifestation, un mémorandum a été déposé au bureau de la Province aux noms de manifestants. La jeunesse regroupée au sein du Regroupement des Jeunes Bembe (RJB) et Mutualité Emo’ Ya M-Mbondo de Kinshasa ont réservé la journée du 24 Mai 2019 pour exprimer publiquement ces intentions probablement ‘noble’ dans ce contexte polarisé et fragmenté.

Fiston Malago Kashekere était l’autorité Provinciale à recevoir ce document―memo dont l’objet portait sur trois problématiques importantes. Une marche de protestation similaire contre la commune rurale de Minembwe avait été annonce dans la capitale Kinshasa pour cette même date. Toutefois, celle-ci n’a pas eu lieu pour des raisons non encore connues. L’objet de cette double manifestation était de demander l’annulation de l’érection de Minembwe en commune Rurale ; dénoncer les tueries de ‘leurs communautés sur leurs propres terres’ ; dénoncer le caractère mono-ethnique de commandants affectés dans le Fizi et Itombwe ainsi que la partialité de la MONUSCO dans l’affaire opposant différentes communautés…

A cette problématique, des questions se posent en ce qui concerne le statut à réserver à d’autres communes rurales au Sud-Kivu ou dans d’autres Provinces. On peut aussi se demander si dans ce conflit, les seules victimes sont seulement les personnes appartenant aux communautés qui ont manifesté. Est-il vraiment objectif d’affirmer que ce sont seuls les membres de ‘nos communautés qui sont tués dans ce conflit’. Ensuite, quelque soient les failles au sein de FARDC ainsi que la partialité qui peut caractériser certains officiers au sein de l’Armée Nationale, il est difficile d’affirmer que tous les commandants militaires œuvrant dans Itombwe-Fizi appartiennent à une seule communauté. J’en suis témoin pour avoir rencontré un grand nombre d’officiers supérieurs dans la région ; et pour de raisons d’habitude, on a de fois tendance à siffler nos appartenances ethniques. Sauf questions de fond qui concerneraient la reforme de forces de sécurité, il y a lieu de penser que certaines doléances viseraient à dissimuler ces batailles de discrimination ethnique. Le bien-fondé de ces doléances fait en partie l’objet de ce débat ; mais cet article se concentre sur les propos du Vice-Gouverneur lors de manifestations du 24 Mai 2019.

Extrait de la declaration de Fiston Malago: https://www.dropbox.com/s/zzfoavkjcxsh4a6/AUD-20190526-WA0062.mp3?dl=0     

Dans le discours de manifestants à Bukavu et devant le Vice-Gouverneur, il avait été question d’exprimer en termes clairs que « la jeunesse Bembe, Nyindu et Fuliro acceptent de mourir la tête haute et se remettent à vous [le Chef de l’Etat] et demandons ce qui suit : l’annulation de la commune de Minembwe… » source de conflit qui pourra dégénérer vers un conflit similaire à celui d’Israél-Palestinien. Les manifestants exigeaient aussi une mise en place de mécanismes d’enquêter sur les commanditaires intellectuels de tueries qui se perpètrent dans le Haut Plateau. Et au tour du Vice-Gouverneur Fiston Malago de répondre :    

Ces propos discutes dans cet article ont été relayés par Toyi Mirefu Theodore, journaliste à la radio le Messeger du Peuple.  Dans sa déclaration, Fiston dit : « Vous le savez très bien, que je suis aussi ori… originaire d’Uvira. Hamujue ile[1] ? » ; à la foule de manifestant scander ndio. « Donc, ça me préoccupe directement. Donc, ce serait comme ouvrir une porte déjà ouverte parce… parce que le Chef de l’Etat est…est au courant de la situation ; et il s’y est déjà mis… ». Tel est le message qui soulève de suspicion autour de l’impartialité et du statut de Fiston Malago.  

Voila le questionnement que tout observateur peut se poser en suivant sur la déclaration de Malago Fiston : la crise et le conflit actuel à Minembwe se concentre actuellement en territoire de Fizi qu’Uvira. Ayant peut-être de ramifications directes ou indirectes, Minembwe comme commune a été érigé dans le territoire de Fizi. Donc, être originaire d’Uvira n’avait pas de place dans un dossier opposant les communautés vivant un territoire voisin du sien. D’ailleurs, les initiateurs de la manifestation dits « Babembe » se sentent concernés au premier plan car ils croient en l’envahissement de leurs terres. Et la coalition Banyindu-Bafuliro-Babembe dans cette manifestation dépasse les limites de Fizi-Uvira car il s’agit d’une coalition dite ‘autochtone contre les nouveaux-venus’. Considérant cette configuration ‘autochtone-nouveau venu’, évoquer le territoire d’Uvira pour Fiston Malago semble perplexe encore une fois. A moins qu’il voulût se sentir à l’aise dans ‘les siens’.

De surcroit, je me demande ce que veut exprimer le Vice-Gouverneur en liant ses origines et la manière dont ce dossier lui préoccupe directement ? Cette « préoccupation directe », estimant que les manifestants ouvrent une porte qui était déjà ouverte me laisse croire qu’on n’est plus devant une personnalité représentant la province mais plutôt un ‘manifestant’ qui a contribué dans l’organisation de cette démonstration pour profiter de cette occasion en vue d’exprimer son point de vue comme Gouverneur. Je me dis sincèrement que la mission de Fiston Malago dans cette affaire était de représenter son Titulaire, c’est-à-dire le Gouverneur. Mais aussi, le Gouverneur ne devait pas avoir une position d’un natif d’Idjwi mais plutôt d’un représentant du pouvoir public. N’importe quelle personnalité, natif de n’importe quel territoire pouvait représenter le Gouverneur au moment de recevoir ce Memo. Ensuite, le memo devait faire l’objet de débat au sein des instances de la Province pour comprendre sa pertinence. Les manifestants avaient raison d’exprimer leur colère dans tous les mots possibles mais le Gouverneur ne devait pas tomber dans ce piège qui réduit son statut officiel à celui d’un activiste tribal.  

Si le Chef de l’Etat a été saisi de ce dossier, cela ne veut pas simplement dire que les demandeurs de l’annulation de cette commune « ouvrent une porte déjà ouverte ». Je doute que ces propos soient dignes de celui du Président de la République. Donc, quelqu’un peut en déduire que la Province ou du moins Malago n’attendait que cette manifestation pour annuler cette commune qui mobilise le monde entier jusqu’en Europe et aux Amériques. Si tel n’est pas le cas, que signifie alors et que représente cette porte qui avait été déjà ouverte avant que ces manifestants ne viennent.

Je condamne fermement de tels propos qui indique déjà la position que prendraient les officiels et élus politiques, agissant sous impulsion à caractère d’appartenance communautaire. La Province du Sud-Kivu et plus particulièrement le Gouverneur qui était représenté par Fiston Malago doit éclaircir l’opinion sur cette position de l’un de ses collaborateurs exprimant un parti-pris.

NTANYOMA R. Delphin

PhD Researcher in Conflict Economics

The Institute of Social Studies/

Erasmus University Rotterdam

Twitter: https://twitter.com/Delphino12

Blog: www.easterncongotribune.com

[1] Hamujui ile : littéralement en français, il voulait signifier « ne connaissez-vous pas cela ? » et la réponse de manifestants et OU

About admin 340 Articles
PhD fellow @ErasmusUnivRotterdam/ISS: Microeconomic Analysis of Conflict. Congolese, blogger advocating 4r Equitable Redistribution of Ressources & national wealth as well as & #Justice4All #DRC In the top of that, proud of being "villageois"

Be the first to comment

Leave a Reply